Actualités à la une

Monde: Le Metavers de Facebook pourrait revendre des données sur nos expressions faciales

Facebook pourra bien être poursuivi en justice pour abus de position dominante dans les réseaux sociaux

  Facebook pourra bien être poursuivi en justice pour abus de position dominante dans les réseaux sociaux La plainte déposée par l'autorité américaine de la concurrence a été jugée recevable par un juge fédéral de Washington, alors que Facebook tentait de faire invalider les accusations de position dominante à son encontre. La pression s'accentue sur Facebook. L'autorité américaine de la concurrence (FTC) peut poursuivre l'entreprise en justice, a décidé un juge mardi 11 janvier, une mauvaise nouvelle pour le géant des réseaux sociaux qui avait tenté de faire invalider les accusations de position dominante.

La monétisation pourrait reposer sur des données biométriques. Mark Zuckerberg l'a répété à de nombreuses occasions : le métavers , ce monde virtuel que son groupe est en train de construire, sera une immense opportunité commerciale. «Vous aurez besoin de vêtements virtuels, d'outils virtuels, et Le journal britannique a épluché les centaines de brevets que le groupe a déposés aux États-Unis, et qui laissent entrevoir la manière dont le métavers devrait être monétisé. Certains documents laissent supposer que Facebook analysera les expressions faciales de l'utilisateur et la direction de son

Même les expressions faciales du porteur du casque, équipé d’un lecteur biométrique, pourront être reproduites sur le visage virtuel de l’avatar correspondant. Ainsi, pour Mark Zuckerberg, le métavers simplement révolutionnera l’idée même d’Internet. Pour l’instant, Facebook a annoncé que la réalisation complète du métavers prendra 10 ans ou plus, même s’ils dépenseront des milliards de dollars américains pour lui donner vie. On peut également se demander si Facebook réussira dans cette entreprise compte tenu de son historique de lancements de nouveaux produits – et de leurs

Le Financial Times a passé au crible les brevets déposés par Meta, la maison mère de Facebook. (Illustration) Reuters/Dado Ruvic © DADO RUVIC Le Financial Times a passé au crible les brevets déposés par Meta, la maison mère de Facebook. (Illustration) Reuters/Dado Ruvic

Une meilleure expérience utilisateur… Et plus de données à revendre. Une analyse des brevets déposés par Meta, la maison de mère de Facebook parue ce mardi dans le Financial Times révèle de premiers indices sur les applications possibles du « métavers », une nouvelle interface immersive que la firme californienne tente de construire. Mouvements de cils, grattage de nez, regard et contractions des muscles du visage, l’entreprise pourrait franchir un cap dans le recueil de données pour ériger un environnement virtuel dans lequel les internautes pourraient évoluer en contrôlant des avatars, alors qu’actuellement le web se consulte en 2D, principalement grâce à des textes et des vidéos.

Europol sommé d’effacer sa montagne de données personnelles

  Europol sommé d’effacer sa montagne de données personnelles L’agence européenne des forces de l'ordre a accumulé plus de quatre pétaoctets de données sans y faire de tri. Le gendarme européen de la protection des données personnelles a donc tapé du poing sur la table. © 01net.com Europol sommé d’effacer sa montagne de données personnelles Les forces de l’ordre et les protecteurs des données personnelles se livrent un nouveau duel dans les couloirs feutrés de Bruxelles.

© NOAH BERGER Le nouveau logo de Facebook , un huit horizontal (symbole de l'infini en mathématiques) dévoilé le 28 octobre 2021 à Menlo Park, en Californie. Le métavers désiré et décrit par Mark Zuckerberg, le patron de Facebook , relève autant de la science-fiction que d'une réalité qui prend corps, très lentement, en dépit des critiques et des inquiétudes. Mais le chemin technologique à parcourir est encore très long. "Il va y avoir de nouvelles façons d'interagir avec les appareils qui seront beaucoup plus naturelles que de pianoter sur un clavier ou de cliquer sur un bouton.

Facebook a présenté sa vision du métaverse lors de son événement Facebook Connect, jeudi 28 octobre. Ses univers sont alors présentés comme la solution face à cela, « le métaverse nous donne l’occasion de Ils peuvent être réalistes ou non, mais transmettront les expressions faciales , le

Passés au crible par le Financial Times, certains brevets indiquent en effet que Meta pourrait récolter des données biométriques, grâce à des caméras et des capteurs de mouvements placés à l’intérieur des casques de réalité virtuelle et pourront ainsi rendre compte de nos émotions en direct dans le métavers, par l’intermédiaire d’avatars réalistes. Les mouvements du corps seront également scrutés. Nos mensurations... revendues ? Indispensables à l’expérience utilisateur promise dans le métavers qui doit ringardiser la navigation web actuelle dans quelques années, ces données pourraient également être revendues à des entreprises tierces, qui pourraient cibler leurs publicités selon nos mensurations et notre état émotionnel, alors que le métavers se veut aussi un lieu d’achats et de commerce, avec des boutiques, des concerts, des événements virtuels.

Méta Face à des faces milliards de livres d'action de classe

 Méta Face à des faces milliards de livres d'action de classe Jusqu'à 44 millions d'UK Facebook Les utilisateurs peuvent partager 2,3 milliards de £ en dommages-intérêts, selon un expert en compétition qui avait l'intention de poursuivre la société mère de la société mère Meta. © Getty Getty Images Dr Liza Lovdahl Gormsen allègue Meta "Abusé sa domination sur le marché" pour définir un "prix injuste" pour une utilisation gratuite de Facebook - les données personnelles des utilisateurs britanniques.

Même les expressions faciales du porteur du casque, équipé d’un lecteur biométrique, pourront être reproduites sur le visage virtuel de l’avatar correspondant. Ainsi, pour Mark Zuckerberg, le métavers simplement révolutionnera l’idée même d’Internet. Pour l’instant, Facebook a annoncé que la réalisation complète du métavers prendra 10 ans ou plus, même s’ils dépenseront des milliards de dollars américains pour lui donner vie. On peut également se demander si Facebook réussira dans cette entreprise compte tenu de son historique de lancements de nouveaux produits – et de leurs

Lors du discours d’ouverture de Facebook Connect, Mark Zuckerberg et d’autres cadres de l'entreprise ont parlé d'Horizon, le nom que donne l’entreprise au métavers qu’elle est en train de créer. « Les avatars deviendront aussi communs que les photos de profil aujourd'hui, mais ils produiront des interactions beaucoup plus riches grâce aux expressions faciales et au langage du corps ». Les utilisateurs pourront également habiller leurs avatars grâce à des objets virtuels qu'ils pourraient acquérir.

S’il ne sont pas constitutif du résultat final, les brevets déposés par la maison mère de Facebook marquent une étape de plus dans sa course pour se donner de ce nouveau système de navigation, rêvé dans la Silicon Valley qui trouve que le scrolling est désuet. En 2014, le groupe Facebook a racheté Oculus, un fabricant de casques de réalité virtuelle, un outil qui pourrait permettre d’évoluer dans l’univers virtuel ainsi proposé. En octobre 2021, Facebook a annoncé la création en Europe de 10 000 nouveaux emplois hautement qualifiés dans l’optique de construire le métavers. Enfin, signe de la détermination de l’entreprise a rendre les interfaces web et l’expérience des réseaux sociaux plus immersives, le 28 octobre Mark Zuckerberg a annoncé que sa société s’appellerait dorénavant Meta.

Un rare tableau de Botticelli vendu 45 millions de dollars aux enchères à New York .
Ce tableau de Botticelli représentant le Christ est le troisième tableau d'un peintre de la Renaissance le plus cher vendu aux enchères. © Fournis par franceinfo Un tableau du maître de la Renaissance italienne Sandro Botticelli, dont les oeuvres sont rares dans les collections privées, a été vendu plus de 45 millions de dollars jeudi lors d'enchères chez Sotheby's à New York.

Voir aussi