Actualités à la une

Monde: Covid-19. Comment la Chine tente par tous les moyens de se prémunir du variant Omicron

Avec Omicron, moins de patients en réanimation, et des séjours moins longs à l'hôpital

  Avec Omicron, moins de patients en réanimation, et des séjours moins longs à l'hôpital S'il est bien plus contagieux que le variant Delta, Omicron provoque moins de symptômes de détresse respiratoire et donc envoie moins de patients dans les services de soins critiques. © afp.com/SEBASTIEN BOZON Une patiente atteint du Covid-19 est allongée à l'hopital Pasteur à Colmar, dans l'est de la France, le 22 avril 2021 Les premières estimations concernant Omicron et les passages en soins intensifs semblent se confirmer avec le temps.

Lors d’un dépistage massif à Tianjin le 12 janvier 2022. © AFP Lors d’un dépistage massif à Tianjin le 12 janvier 2022.

Depuis le début de la pandémie, la Chine garde le cap de sa stratégie « zéro Covid ». Après la détection de plusieurs cas d’Omicron dans le pays en 2022, les autorités chinoises serrent la vis pour éviter sa propagation. Désinfection des courriers venant de l’étranger, dépistage massif, confinement, autant de mesures qui rendent la vie dure à la population.

Un courrier venu de l’étranger est-il la cause de l’arrivée d’Omicron à Pékin ? C’est, en tout cas, ce qu’ont affirmé les autorités chinoises lundi 17 janvier 2022. Une habitante de Haidian, district de Pékin, a été testée positive au variant Omicron ce week-end. En remontant le fil de la contamination, un courrier en provenance du Canada est pointé du doigt.

Malgré la vague Omicron, des spécialistes prévoient une sortie de crise

  Malgré la vague Omicron, des spécialistes prévoient une sortie de crise Des responsables de l'Agence européenne des médicaments estiment que le variant va transformer le Covid-19 en une maladie endémique avec laquelle nous allons apprendre à vivre. Vers une sortie de crise dans quelques mois ? Plus de la moitié des Européens pourraient être touchés par le variant Omicron d'ici à deux mois, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), mais ce "raz-de-marée" qui frappe aussi les Etats-Unis pourrait, grâce à l'immunité naturelle et la vaccination, transformer le Covid-19 en une maladie endémique avec laquelle le monde pourra vivre, ont estimé mardi des responsables sanitaires américain

Une résidente de Xi’an fait un test de dépistage le 14 janvier 2022. © AFP Une résidente de Xi’an fait un test de dépistage le 14 janvier 2022.

« Des traces d’Omicron se trouvaient sur l’enveloppe »

Le pli est arrivé le 10 janvier à l’aéroport international de Pékin avant d’être remis le lendemain à la destinataire, précise le Global Time . Elle a ensuite été testée positive à une autre souche d’Omicron que celle déjà détectée en Chine, indiquent les autorités chinoises. « C’est la patiente elle-même qui nous a parlé de cette lettre », a affirmé Liao Lingzhu, directrice adjointe de l’administration des postes de Pékin, lors d’une conférence de presse ce lundi. « Les relevés ont montré que des traces d’Omicron se trouvaient sur l’enveloppe, mais aussi sur le contenu à l’intérieur, a-t-elle indiqué. Ce courrier a été envoyé le 7 janvier depuis le Canada, il est passé par les États-Unis, puis Hong Kong, avant d’atterrir à Pékin. » Au total, 22 points d’échantillonnage du courrier auraient été testés positifs.

VRAI OU FAKE. Covid-19 : faut-il laisser circuler le variant Omicron pour en finir au plus vite avec la crise sanitaire ?

  VRAI OU FAKE. Covid-19 : faut-il laisser circuler le variant Omicron pour en finir au plus vite avec la crise sanitaire ? Si le variant Omicron semble laisser entrevoir une porte de sortie de la crise du Covid-19, les épidémiologistes restent prudents et déconseillent de favoriser la circulation du virus, tant que la couverture vaccinale de la population n'est pas maximale.Sur les sept derniers jours, Santé publique France a enregistré 287 604 nouveaux cas de Covid-19 et 2 219 nouvelles hospitalisations par jour en moyenne sur le territoire. Dans son point épidémiologique hebdomadaire du 6 janvier, l'agence nationale de santé publique note en effet une "accélération extrêmement marquée de la circulation du Sars-CoV-2 liée à la progression très rapide du variant Omicron".

Les habitants de Tianjin font la queue lors d’une campagne de dépistage massif le 10 janvier 2022. © AFP Les habitants de Tianjin font la queue lors d’une campagne de dépistage massif le 10 janvier 2022.

En parallèle de ces déclarations, le gouvernement a rendu public le fait que la patiente n’a pas quitté Pékin ces deux dernières semaines. Si elle n’a, a priori, croisé personne provenant de l’extérieur de la capitale, elle aurait eu de nombreux contacts avec d’autres gens dans une zone qui se trouve à quinze minutes du parc olympique. Jusqu’à ce qu’elle soit testée positive.

Une telle histoire a suffi à mettre les autorités en alerte maximale, alors que les Jeux olympiques d’hiver s’ouvrent le 4 février. Rapidement, la zone où la patiente s’est déplacée a été bouclée, rapporte Radio France Internationale . Une campagne de test massive a été mise en place pour dépister les 13 000 cas contacts. Aucune nouvelle infection n’a été confirmée à l’issue de l’opération.

Chine: le variant Omicron serait arrivé à Pékin «via» une lettre d’Amérique du Nord

  Chine: le variant Omicron serait arrivé à Pékin «via» une lettre d’Amérique du Nord Omicron peut-il se transmettre par voie postale ? C’est en tout cas ce que laissent entendre les autorités sanitaires chinoises, ce lundi 17 janvier à Pékin, où un cas d’infection avec le nouveau variant a été rapporté ce week-end. La patiente n’a pas quitté la ville au cours de ces dernières semaines, mais elle a reçue… une lettre d’Amérique du Nord. De notre correspondant à Pékin, Les autorités sanitaires chinoises se méfiaient des produits surgelés importés accusés de plusieurs départs d’infection dans le pays. Cette fois, c’est un courrier qui est pointé du doigt.

Le courrier venant de l’étranger désinfecté

L’une des conséquences de cette affaire est que, désormais, les employés de la Poste chinoise doivent systématiquement désinfecter tous les courriers en provenance de l’étranger, que ce soit du Canada ou d’un autre pays, sans distinction. Les citoyens sont quant à eux appelés à réduire leurs commandes « de pays et régions comportant un risque élevé de Covid », a annoncé la Poste dans un avis. Le courrier intérieur sera trié à part par les salariés afin d’éviter tout risque de contamination entre les lettres de l’étranger et de Chine.

Cette décision remet sur le devant de la scène la possibilité de contaminations par surface. Scénario déjà avancé par la Chine en juin 2020 à la suite d’infections recensées au marché de Xifandi au sud de Pékin. À l’époque, les autorités chinoises avaient évoqué des traces de virus identifiées sur des planches à saumon importé.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) n’a pas caché ses doutes sur cette possibilité de contamination par surface. Elle a redit, mardi 18 janvier, que le risque de transmission par ce biais était faible et diminuait avec le temps.

Cinquième vague de Covid-19 : les raisons d’espérer, celles de rester prudent

  Cinquième vague de Covid-19 : les raisons d’espérer, celles de rester prudent Le porte-parole du gouvernement se montre « optimiste » sur l’évolution de la pandémie. Pourtant, 300 000 cas sont dépistés chaque jour et les hôpitaux restent sous tension. « Il y a des raisons d’être optimiste », a déclaré mardi 18 janvier le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, sur CNews.

Lire aussi : Des usines à nouveau confinées en Chine à cause du Covid-19

Une politique « zéro Covid » à l’épreuve du variant Omicron

Depuis le début de la pandémie, la Chine s’accroche à sa politique du « zéro Covid ». La mise en œuvre de ces désinfections par la Poste n’en est que le prolongement logique. L’objectif est clair : ne pas laisser le virus rentrer. Et s’il rentre, limiter au maximum sa propagation.

Si, pour l’instant, cette stratégie « zéro Covid » chinoise semble porter ses fruits, la crainte qu’Omicron change la donne est forte. Ce variant est le plus contagieux jamais découvert depuis le début de la pandémie.

Alors les autorités n’hésitent pas à appliquer des mesures drastiques d’isolement et de dépistage. Les villes de moins de 2 millions d’habitants disposent de deux jours pour tester toute la population à la moindre alerte. Ce délai est fixé à trois jours pour les plus grandes, rapporte Le Monde . Cela implique de disposer d’un stock considérable de tests.

Confinements stricts et dépistage massif

Dès qu’un cas positif est détecté, il est fréquent que des millions de personnes soient placées en quarantaine. Les cas contacts sont isolés dans les immeubles dédiés. La ville de Xi’an, 13 millions d’habitants, est sous le coup d’un confinement très strict depuis le 22 décembre. À tel point que les approvisionnements en nourriture sont insuffisants et plongent de nombreuses familles dans la faim.

Covid-19 : ce que l'on sait du sous-variant d'Omicron BA.2 détecté en France

  Covid-19 : ce que l'on sait du sous-variant d'Omicron BA.2 détecté en France Ce sous-variant, qui présente plusieurs mutations par rapport au variant Omicron, est déjà devenu majoritaire au Danemark ou en Inde. © Fournis par franceinfo Les mutations du Sars-CoV-2 continuent d'inquiéter le monde. Un sous-lignage du variant Omicron a ainsi été détecté dans plusieurs pays, dont la France, depuis quelques semaines. Baptisé BA.2, il présente plusieurs mutations qui pourraient modifier les caractéristiques du virus. Voici ce que l'on sait de ce sous-variant, déjà majoritaire en Inde et au Danemark.Le sous-variant BA.

Lire aussi : Covid-19. « Je ne dors plus à cause de la faim » : en Chine, la détresse des confinés de Xi’an

Tianjin, ville portuaire de 14 millions d’habitants située à deux heures de Pékin en voiture, est devenue ville fermée depuis fin décembre. Quelques dizaines d’infections ont été rapportées ces derniers jours et les habitants ont déjà subi au moins deux campagnes de dépistage massives. Les personnes souhaitant quitter la cité doivent présenter un test négatif et avoir obtenu une permission spéciale.

En dehors de mesures intérieures très fortes, la Chine est quasiment coupée du monde depuis mars 2020. Le trafic aérien a été réduit de 98 % et si un cas positif est découvert à bord d’un appareil, les compagnies aériennes sont sanctionnées.

Un nombre de cas quotidiens jamais atteint depuis Wuhan

Les derniers chiffres font état d’une moyenne de 165 nouveaux cas par jour au 18 janvier en Chine, comme le montre notre graphique ci-dessous :

Comparés à la situation en France, où la barre des 450 000 nouveaux cas en moins de 24 heures a été franchie mardi 18 janvier, les chiffres chinois peuvent presque paraître rassurants. Mais la Chine n’a jamais enregistré autant de cas depuis l’apparition du Covid-19 à Wuhan, ville berceau de la pandémie. Période durant laquelle le nombre moyen de cas quotidiens était de 4 602 le 14 février 2020.

Preuve que la stratégie « zéro Covid » fonctionne même si, à de nombreuses reprises, la transparence des chiffres communiqués par les autorités chinoises a été remise en cause. Reste à savoir si elle survivra à l’épreuve du variant « supercontaminateur ».

Covid-19 : Le Danemark vers la levée des restrictions malgré des cas records .
Si la mesure est adoptée, le pays nordique deviendrait le premier dans l’Union européenne à sauter le pas malgré la vague du variant Omicron © Francis Joseph Dean/Dean Picture Des personnes devant un centre de dépistage à Copenhague au Danemark.

Voir aussi