Actualités à la une

Monde: Le CICR victime d’une cyberattaque menaçant les données de plus de 500 000 personnes

Nouvelle cyberattaque en Ukraine: la main de Moscou?

  Nouvelle cyberattaque en Ukraine: la main de Moscou? Plusieurs sites gouvernementaux ukrainiens ont été frappés dans la nuit de jeune à vendredi par une cyberattaque de grande ampleur.«Les sites du ministère des Affaires étrangères et d’un certain nombre d’autres agences gouvernementales sont temporairement hors service, a indiqué le porte-parole de la diplomatie ukrainienne. Nos experts sont à pied d’œuvre pour rétablir le fonctionnement des systèmes informatiques et la police a ouvert une enquête.» Avant que le site du ministère des Affaires étrangères ne soit rendu inaccessible, un message menaçant avait été publié par les auteurs de la cyberattaque sur sa page d’accueil en ukrainien, en russe et en polonais.

Victime d’une cyberattaque, le directeur général de la Croix-Rouge implore les auteurs de l'attaque de ne pas vendre ou de partager de quelque manière que ce soit les données des personnes vulnérables concernées. © REUTERS/Kacper Pempel/Illustration Victime d’une cyberattaque, le directeur général de la Croix-Rouge implore les auteurs de l'attaque de ne pas vendre ou de partager de quelque manière que ce soit les données des personnes vulnérables concernées.

C'est une cyberattaque un peu particulière, pas tellement par sa nature, mais par sa cible : le CICR, le comité international de la Croix-Rouge. Il annonce avoir été victime d'un vaste piratage informatique. Les pirates se sont emparés des données de plus de 515 000 personnes vulnérables.

Avec notre correspondant à Genève, Jérémie Lanche


Vidéo: Le CICR victime d'une cyberattaque menaçant des données de personnes vulnérables (Euronews)

Ukraine : cinq questions sur la cyberattaque qui a frappé le pays

  Ukraine : cinq questions sur la cyberattaque qui a frappé le pays L’Ukraine a été visée ce vendredi 14 janvier par une cyberattaque d’ampleur. Les autorités ont assuré n’avoir pas constaté de dommages importants après cette agression d’origine inconnue, qui intervient en plein regain de tensions avec la Russie. L’attaque a paralysé plus de 70 sites gouvernementaux en Ukraine. Ce vendredi 14 janvier 2022, une cyberattaque massive a visé l’Ukraine.L’origine reste inconnue, mais plusieurs acteurs soupçonnent la Russie qui a déjà réalisé ce type d’attaques par le passé.

Parmi les personnes dont les données ont été piratées figurent des migrants, des victimes de conflit, de catastrophe et des prisonniers dans une soixantaine de pays. Si leurs noms et leurs informations se retrouvaient entre de mauvaises mains, ces personnes et leurs familles pourraient se retrouver encore plus menacées, notamment par les régimes qu'elles essaient de fuir.

Le directeur général de la Croix-Rouge, Robert Mardini, implore les auteurs de l'attaque de ne pas vendre ou de partager de quelque manière que ce soit les données. Le CICR ne sait d'ailleurs pas qui est à l'origine de l'attaque, ni même si les pirates ont délibérément visé la Croix-Rouge ou si l'organisation est une victime collatérale de l'attaque qui a visé un prestataire externe chargé de stocker les données du CICR.

En attendant, l'organisation a suspendu tout accès aux données dont la sécurité a été compromise et elle se déclare prête à dialoguer de manière anonyme avec les hackers.

À écouter: L’Europe peut-elle garantir un Internet plus sûr à ses citoyens?

Cyberattaque en Biélorussie: des «hackers» lancent un rançongiciel à caractère politique .
Un groupe de pirates informatiques revendiquent depuis lundi 24 janvier avoir chiffré les serveurs de Belarusian Railway, l’équivalent biélorusse de la SNCF. Mais au lieu d’exiger une rançon en cryptomonnaie, les « hackers » demandent la libération de prisonniers politiques et l’arrêt de l’acheminement des troupes russes par le réseau ferroviaire de la Biélorussie. Particuliers, gouvernements, sociétés publiques ou privées, rien ni personne n’échappe au fléau des « rançongiciels », c'est-à-dire des programmes malveillants capables de prendre le contrôle des ordinateurs.

Voir aussi