Actualités à la une

Monde: Une opération internationale met hors ligne VPNLab, un service VPN utilisé par des cybercriminels

Cyberattaque à Kiev : la guerre russo-ukrainienne a-t-elle déjà commencé ?

  Cyberattaque à Kiev : la guerre russo-ukrainienne a-t-elle déjà commencé ? La cyberattaque qui vient de toucher plusieurs ministères ukrainiens dont celui des Situations d'urgence, est-elle un ultime coup de semonce, un coup de bluff, ou une mauvaise blague de hackers russes ? Si un conflit militaire devait se déclarer entre les deux pays, comment celui-ci se traduirait-il concrètement ? Escarmouches, opérations « antiterroristes » d'un côté ou de l'autre, tirs d'artillerie, opération aérienne, invasion massive ? Le

Les cybercriminels se servaient de ce service pour diffuser des logiciels malveillants

Démantèlement de VPNLab, un service de VPN utilisé par les cybercriminels © Geeko Démantèlement de VPNLab, un service de VPN utilisé par les cybercriminels CYBERECURITE - Les cybercriminels se servaient de ce service pour diffuser des logiciels malveillants

Les autorités de dix pays, dont celles des Pays-Bas et de la France, ont coordonné lundi des opérations contre VPNLab. Sous la direction du service de police d’Hanovre, en Allemagne, les autorités ont saisi 15 serveurs.

Cette coordination a permis de mettre hors ligne VPNLab, un service VPN bien connu des cybercriminels. Basé sur la technologie OpenVPN et le cryptage 2048 bits, il garantissait l’anonymat en ligne pour seulement 60 dollars par an.

MET OFFICE prédit l'effondrement de la société après la catastrophe climatique

 MET OFFICE prédit l'effondrement de la société après la catastrophe climatique Il s'agit d'une prévision sombre même par les normes Met Office - l'effondrement complet de la société laissant des milices armées et des gangs criminels pour parcourir la terre incontournable. C'est l'un des scénarios de Doomsday énoncés dans un rapport commandé par le service météorologique britannique afin de modéliser les conséquences potentielles du changement climatique .

Au moins 100 entreprises seraient à risque de cyberattaques imminentes. Europol n’a pas divulgué les noms de ces potentielles victimes mais les a notifiées.

VPNLab, le choix des cybercriminels

Un VPN, permet de naviguer sur le Web tout en dissimulant son identité et sa localisation. Par exemple, les entreprises utilisent cette technologie pour mettre en place des réseaux de travail à domicile sécurisés. Les VPN permettent aussi de protéger un historique de recherches, de bloquer la publicité en ligne, d’empêcher le suivi de la localisation par la surveillance gouvernementale ou encore de contourner le contournement des restrictions de géoblocage des services de streaming.

Seul problème pour ce cas-là, VPNLab était « un choix populaire pour les cybercriminels, qui pouvaient utiliser ses services pour continuer à commettre leurs crimes sans craindre d’être détectés par les autorités », explique Europol. L’agence ajoute, « de multiples enquêtes ont permis de découvrir que des criminels utilisaient le service VPNLab.net pour faciliter des activités illicites telles que la distribution de logiciels malveillants ». D’après les mêmes déclarations, le VPN faisait également de la publicité pour ses services sur des forums du dark Web. Les enquêteurs ont d’ailleurs découvert les services illégaux de VPNLab grâce à ces petites annonces.

"Opération os à ronger" : le plan de Boris Johnson pour sauver sa tête

  Le Premier ministre britannique tente de sauver son mandat à Downing Street en annonçant des mesures taillées pour séduire son électorat conservateur. © afp.com/Tolga Akmen Le Premier ministre britannique Boris Johnson sort du 10 Downing Street pour se rendre au Parlement, le 12 janvier 2022 à Londres Lever les restrictions contre le Covid-19, recourir à l'armée afin de bloquer les migrants, couper les vivres à la BBC... Pour faire oublier les scandales et sauver son poste, le Premier ministre britannique Boris Johnson prépare, selon les médias, une série d'annonces choc séduisantes pour son électorat.

Dans une déclaration distincte, la cyberpolice ukrainienne a déclaré que le service VPN était utilisé dans plus de 150 infections par ransomware. Ses victimes auraient déboursé un total de 60 millions d’euros en rançons.

Cyberattaque en Biélorussie: des «hackers» lancent un rançongiciel à caractère politique .
Un groupe de pirates informatiques revendiquent depuis lundi 24 janvier avoir chiffré les serveurs de Belarusian Railway, l’équivalent biélorusse de la SNCF. Mais au lieu d’exiger une rançon en cryptomonnaie, les « hackers » demandent la libération de prisonniers politiques et l’arrêt de l’acheminement des troupes russes par le réseau ferroviaire de la Biélorussie. Particuliers, gouvernements, sociétés publiques ou privées, rien ni personne n’échappe au fléau des « rançongiciels », c'est-à-dire des programmes malveillants capables de prendre le contrôle des ordinateurs.

Voir aussi