Monde: Yémen : au moins 70 morts dans une frappe contre une prison tenue par les rebelles

Le manque de climatisation dans les cellules de la prison de Roebourne pourrait enfreindre les droits de l'homme, déclare le service juridique autochtone

 Le manque de climatisation dans les cellules de la prison de Roebourne pourrait enfreindre les droits de l'homme, déclare le service juridique autochtone © fourni par ABC News Le service juridique autochtone WA dit qu'il est inhumain que la climatisation ne soit pas installée dans toutes les cellules de la prison de Roebourne. (ABC News: Gian de Poloni) Le service juridique autochtone de l'Australie occidentale a déclaré que le manque de climatisation de la prison régionale de Roebourne pourrait enfreindre les conventions internationales des droits de l'homme et envisage une plainte formelle.

Les rebelles ont diffusé une vidéo montrant des scènes macabres présentées comme les conséquences de la frappe aérienne contre la prison de Saada, avec des bâtiments bombardés, des secouristes dégageant des corps des décombres et des cadavres mutilés à proximité. Cette image tirée d'une vidéo distribuée par le centre médiatique d'Ansarullah le 21 janvier 2022 montre les conséquences d' une frappe de la coalition dirigée par l 'Arabie saoudite sur un centre de télécommunications dans la ville portuaire de Hodeidah, tenue par les rebelles Houthis / Ansarullah

Un premier bilan de 70 morts et de 50 blessés a été révisé à la hausse après le décès de nombreux blessés, ont expliqué ces sources en affirmant que l’attaque avait été lancée par les houthis. L’attaque intervient après une offensive des forces gouvernementales contre les rebelles dans la zone de Nihm, au nord de Sanaa, selon ces responsables. L’offensive se déroule avec le soutien de la coalition menée par l ’Arabie saoudite qui intervient au Yémen contre les rebelles appuyés par l ’Iran.

L'attaque n'a pas été revendiquée mais les Houthis ont accusé la coalition militaire sous commandement saoudien intervenant depuis 2015 dans le pays.

  Yémen : au moins 70 morts dans une frappe contre une prison tenue par les rebelles © Fournis par franceinfo

Un nouveau drame humain dans la guerre au Yémen. Au moins 70 personnes ont été tuées et 138 blessées, vendredi 21 janvier, dans une frappe aérienne contre une prison à Saada, fief des rebelles Houthis, dans le nord du pays, selon l'ONG Médecins sans frontières.

Ce bilan ne concerne qu'un seul hôpital de Saada, "deux autres établissements ayant reçu de nombreux blessés". "Des recherches se poursuivent dans les décombres", a ajouté l'ONG. Il n'était pas possible de savoir dans l'immédiat qui étaient les détenus, ni combien ils étaient. Mais huit ONG, dont Action contre la Faim, Oxfam et Save the Children, ont assuré dans un communiqué commun que des migrants figureraient parmi les morts. Se disant "horrifiées", ces ONG ont dénoncé une "indifférence flagrante" pour la vie des civils.

Émirats arabes unis : trois morts dans l'explosion de camions-citernes à Abou Dhabi

  Émirats arabes unis : trois morts dans l'explosion de camions-citernes à Abou Dhabi L'explosion de camions-citernes transportant du carburant a fait trois morts et six blessés lundi à Abou Dhabi, capitale des Émirats arabes unis, où les autorités ont évoqué un incident "probablement" dû à des drones. De leur côtés, les rebelles yéménites Houthis ont annoncé une "opération militaire d'envergure" aux Émirats arabes unis. L'explosion de camions-citernes a fait trois morts, lundi 17 janvier à Abu Dhabi, a indiqué la police de la capitale émiratie tandis que les rebelles yéménites Houthis ont annoncé une "opération militaire d'envergure" aux Émirats arabes unis.

Une frappe aérienne a été perpétrée vendredi, contre une prison de Saada, le fief des rebelles Houthis, dans le nord du Yémen . «Il y a plus de 100 morts et blessés, et cela augmente», a déclaré Bachir Omar, porte-parole du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) au Yémen . Hôpital surchargé. Les rebelles ont diffusé une vidéo montrant des scènes macabres présentées comme les conséquences de la frappe aérienne contre la prison de Saada, avec des bâtiments bombardés, des secouristes dégageant des corps des décombres et des cadavres mutilés à proximité.

Plus de 100 personnes ont été tuées dans une attaque visant une prison au Yémen , a indiqué vendredi à l'AFP le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), ajoutant que le bilan continuait d'augmenter. "Il y a plus de 100 morts et blessés, et cela augmente", a déclaré Bachir Omar, porte-parole du CICR au Yémen , citant le bilan des hôpitaux.

Les Houthis accusent la coalition sous commandement saoudien

L'attaque n'a pas été revendiquée mais les Houthis ont accusé la coalition militaire sous commandement saoudien intervenant depuis 2015 au Yémen, qui contrôle l'espace aérien. Un peu plus tôt, la coalition avait revendiqué un raid contre la ville de Hodeida, dans l'ouest du pays, qui a coûté la vie à trois enfants.

L'Arabie saoudite est à la tête de la coalition composée de pays musulmans dont les Emirats arabes unis, qui soutient les forces gouvernementales yéménites face aux rebelles Houthis appuyés par l'Iran.

En Syrie, des jihadistes retranchés dans une prison et traqués par les Kurdes .
Des dizaines de jihadistes sont encore retranchés jeudi dans une prison en Syrie, dont les forces kurdes ont annoncé avoir repris le contrôle la veille, près d'une semaine après une attaque du groupe Etat islamique (EI) ayant fait plus de 235 morts.Les Forces démocratiques syriennes (FDS), dominées par les Kurdes et fer de lance de la lutte contre l'EI en Syrie, avaient déclaré mercredi avoir repris le contrôle total de la prison de Ghwayran à Hassaké, une ville du nord-est, mettant fin à six jours d'intenses combats.

Voir aussi