Actualités à la une

Monde: Ukraine. La France, l'Allemagne et les États-Unis menacent la Russie de « lourdes » conséquences

Ukraine : à Kiev, Blinken appelle à choisir une «voie pacifique»

  Ukraine : à Kiev, Blinken appelle à choisir une «voie pacifique» Une passe d’arme qui n’en finit pas. Ce mercredi, le secrétaire d’État américain a appelé le président russe Vladimir Poutine à choisir la « voie pacifique » pour sortir de la crise autour de l’Ukraine, tout en notant que Moscou pourrait renforcer « très rapidement » ses troupes qui menacent déjà son voisin.

Un soldat des forces militaires ukrainiennes vérifie son arme alors qu'il se tient dans une tranchée sur la ligne de front avec les séparatistes soutenus par la Russie près du village de Zolote, dans la région orientale de Lugansk, le 21 janvier 2022. © ANATOLII STEPANOV / AFP Un soldat des forces militaires ukrainiennes vérifie son arme alors qu'il se tient dans une tranchée sur la ligne de front avec les séparatistes soutenus par la Russie près du village de Zolote, dans la région orientale de Lugansk, le 21 janvier 2022.

Réunis lors d'une visio-conférence lundi, les dirigeants des États-Unis, la France, la Grande-Bretagne, l’Italie et la Pologne promettent des « conséquences très lourdes » à Moscou en cas « d’agression » contre l'Ukraine. Face aux activités militaires de la Russie aux frontières ukrainienne, les pays de l’Otan ont envoyé des navires et des avions de combat pour renforcer leur défense en Europe de l’Est.

Washington promet une réponse « sévère » en cas d’invasion russe en Ukraine, quelle qu’en soit l’ampleur

  Washington promet une réponse « sévère » en cas d’invasion russe en Ukraine, quelle qu’en soit l’ampleur Le président des Etats-Unis Joe Biden a tenu des propos ambigus, mercredi soir, lors d’une conférence de presse. La Maison-Blanche a ensuite rectifié. « Si des forces militaires russes franchissent la frontière de l’Ukraine, cela constituera une nouvelle invasion qui attirera une réponse rapide, sévère et unie des Etats-Unis et de nos alliés », a indiqué sa porte-parole Jen Psaki.

Les dirigeants des États-Unis et de plusieurs pays européens dont l’Allemagne et la France ont affirmé lundi 24 janvier lors d’une visioconférence leur soutien « sans réserve » à l’intégrité territoriale de l’Ukraine et promis des « conséquences très lourdes » à la Russie en cas « d’agression » contre ce pays.

Les participants « ont été tous de l’avis qu’il appartient à la Russie d’entreprendre des initiatives visibles de désescalade » dans ce conflit, a indiqué le porte-parole du chancelier allemand Olaf Scholz, à l’issue de cette réunion à laquelle ce dernier a participé notamment avec les dirigeants des États-Unis, de France, de Grande-Bretagne, de l’Italie et de la Pologne.

La tenue de cette visioconférence avait été annoncée un peu plus tôt dans la journée par la Maison Blanche à un moment où certaines divergences semblent apparaître au sein du camp occidental sur l’attitude à adopter face à la Russie.

Dans les photos: Russian Military Martrings près des frontières Ukraine

 Dans les photos: Russian Military Martrings près des frontières Ukraine Nouveaux photos par satellite Show Russie 'S accumulation militaire de Ukraine Alors que les nations occidentales craignent une invasion complète de l'ancien État soviétique. © Satellite Image © 2022 Maxar Technologies Vue plus proche des réservoirs, d'artillerie et de tentes dans un site de formation à Pogonovo, en Russie le 16 janvier. L'emplacement est à environ 165 kilomètres au nord / au nord-est de la frontière Russie-Ukraine.

Cela concerne notamment Berlin, très critiqué par l’Ukraine pour son refus notamment de lui livrer des armes, mêmes défensives, contrairement aux États-Unis, à la Grande-Bretagne ou aux pays baltes.

De même, les pays de l’Union de l’Union européenne n’ont pas encore décrété le départ d’une partie de leurs personnels diplomatiques d’Ukraine, alors que Washington et Londres ont fait des annonces en ce sens.

L'occident disposé à poursuivre les efforts diplomatiques

Lors de leur visioconférence, à laquelle participait aussi le secrétaire général de l’Otan, les dirigeants occidentaux ont exprimé leur « grande inquiétude » face au regroupement de troupes russes à la frontière orientale de l’Ukraine et accusé Moscou d’être à l’origine des « tensions actuelles », selon le communiqué de Berlin.

Néanmoins, ils ont estimé que « la question de la sécurité et de la stabilité en Europe pouvait être résolue par la voie de la négociation ».

Ils ont « réaffirmé être disposés à poursuivre les efforts diplomatiques en ce sens », entrepris au cours du mois de janvier avec plusieurs rencontres entre responsables occidentaux et russes. Sans succès visible toutefois jusqu’ici.

Les dirigeants ont notamment mentionné les discussions dites du format Normandie, qui réunit des représentants de la Russie, de l’Ukraine, de l’Allemagne et de la France.

Crise en Ukraine : on vous résume les différentes négociations en cours pour apaiser la situation .
Le chef de l'Etat, Emmanuel Macron, doit s'entretenir avec son homologue russe, Vladimir Poutine, vendredi matin. © Fournis par franceinfo "Faire le point sur l'ensemble de la situation, obtenir de la visibilité et engager un dialogue exigeant." Voici l'objectif de l'échange téléphonique entre Emmanuel Macron et Vladimir Poutine, vendredi matin, selon les termes très diplomatiques du locataire de l'Elysée. Le mot "désescalade" n'est pas prononcé, mais c'est l'enjeu de ce coup de fil entre les présidents français et russe, au sujet des vives tensions entre l'Ukraine et la Russie.

Voir aussi