Actualités à la une

Monde: Hong Kong : des jets privés affrétés pour exfiltrer des animaux de compagnie

marchés asiatiques mélangés à la Fed Handes Loom, la croissance de la Chine ralentit

 marchés asiatiques mélangés à la Fed Handes Loom, la croissance de la Chine ralentit Les investisseurs asiatiques ont commencé la semaine sur une note prudente lundi, car ils ont évalué les perspectives avant une série de taches de taux d'intérêt attendue par la Réserve fédérale, tandis que les données ont montré une croissance de l'économie chinoise. ralenti à la fin de l'année dernière.

chine, hong-kong, jet privé, animaux de compagnie, chat, chien, covid-19, zéro covid © Dylan Meiffret / MAXPPP / PHOTOPQR/NICE MATIN/MAXPPP chine, hong-kong, jet privé, animaux de compagnie, chat, chien, covid-19, zéro covid

Que ne ferait-on pas pour son animal de compagnie ? A Hong-Kong, depuis plusieurs semaines, plusieurs jets privés ont quitté la ville, embarquant à leur bord de curieux passagers. Face à la politique « zéro Covid » menée par la Chine, qui n'hésite pas à confisquer ? et parfois abattre ? les animaux contaminés ou appartenant à des personnes contaminées, de riches habitants dépensent sans compter pour quitter l'endroit en compagnie de leur animal de compagnie.

Et pour y parvenir, il est presque devenu obligatoire d'avoir recours à l'aviation privée. Politique sanitaire chinoise oblige, embarquer un animal dans un vol commercial est devenu quasiment impossible, narre le Courrier international. « Nous sommes submergés de demandes pour évacuer de Hong Kong des animaux domestiques », explique Olga Radlynska, directrice de la compagnie aérienne Top Stars.

Hong Kong Police ARRÊT Deux ex-agents de bord sur la violation de la règle Covid-19

 Hong Kong Police ARRÊT Deux ex-agents de bord sur la violation de la règle Covid-19 Hong Kong (Reuters) - La police de Hong Kong a déclaré avoir arrêté et facturé deux anciens agents de bord sur des allégations, ils ont brisé les règles coronavirus de la ville. © Reuters / LAM YIK Fichier Photo: Aéroport international de Hong Kong à la suite de Covid-19 Outbreak La déclaration, qui a été publiée tard lundi, n'a pas nommé la compagnie aérienne, mais l'annonce vient après que Cathay Pacific a déclaré en janvier, il avait tiré deux équipages d'équipage.

À LIRE AUSSIMalgré les critiques de son système de quarantaine, Hongkong persiste

22 000 dollars le trajet

Fatalement, de telles exfiltrations ne sont accessibles qu'aux plus riches habitants de Hong-Kong : en moyenne, il faut compter « environ 22 000 dollars » pour quitter la zone en compagnie d'un chat, d'un chien ou d'un rongeur. Mais rien n'est trop cher pour qui veut sauver la vie de son animal de compagnie, et la menace est réelle. Ainsi, le 19 janvier dernier, le gouvernement de Hong-Kong a décidé d'abattre quelques 2 000 petits animaux, parmi lesquels des hamsters ou des lapins.

Une politique brutale qui peine à se justifier, note d'ailleurs la chercheuse Vanessa Barrs, dirigeante du département vétérinaire de l'université de Hong-Kong : depuis janvier 2020, « il n'a été recensé aucun cas confirmé de transmission du Covid-19 d'un animal domestique vers un humain ».

HK Police Chargez l'ancien pilote d'équipage sur des règles de Covid

 HK Police Chargez l'ancien pilote d'équipage sur des règles de Covid La police de Hong Kong dit que deux anciens agents de bord ont été arrêtés et facturés pour avoir prétendument rompu les restrictions coronavirus de la ville. © Getty Getty Images La police a déclaré que les deux avaient "des activités inutiles" quand ils auraient dû être isolés à la maison. Ils ont tous deux testé positif pour la variante d'omicron à propagation rapide.

À LIRE AUSSIAnses : les animaux ne jouent aucun rôle dans la propagation du Covid

Au reste, les animaux ainsi exfiltrés ne partent pas seuls, puisque la politique sanitaire de Hong-Kong a également fait fuir de très nombreux habitants. A l'été 2021, souligne le South China, près de 90 000 habitants avaient déjà quitté le territoire, lassé par l'extrême dureté des mesures locales. Une vague de départs qui s'est amplifiée ces derniers mois : depuis 2021, le territoire hongkongais a perdu 1,2 % de sa population.

Nantes. Le Covid-19 l’empêche de voir son fils expatrié à Hong Kong .
Installée à Nantes depuis huit ans, la mère et grand-mère a tenté de s’envoler vers ce territoire dépendant de la Chine. Sans succès. « La dernière fois que j’ai quitté mes petits-enfants, ils avaient 3 ans et demi, presque 4… Ils en ont aujourd’hui 6 ! » Cette ex-cheffe d’entreprise, installée à Nantes depuis huit ans, rêve de voir les deux fils de l’un de ses trois enfants, mais elle va devoir patienter encore un moment. « Je pense que ce ne sera pas possible avant un an, au moins », estime cette femme de 72 ans, qui tient à ne pas être nommée.

Voir aussi