Actualités à la une

Monde: Crise en Ukraine : Cinq questions pour comprendre l’escalade des tensions à la frontière russe

Conflit en Ukraine : Pourquoi « l’incident à la frontière » pourrait déclencher une guerre avec la Russie

  Conflit en Ukraine : Pourquoi « l’incident à la frontière » pourrait déclencher une guerre avec la Russie La Russie semble être arrivée au point culminant d'une tension militaire avec l'Ukraine au sujet de sa possible entrée dans l'OtanL’escalade de tension entre la Russie et l’Occident à propos de l'Ukraine a-t-elle atteint le dernier échelon avant de basculer dans un conflit armé ? C’est en tout cas ce que craint le gouvernement américain après que la Biélorussie a annoncé, mardi, l’arrivée de troupes russes sur son territoire pour des exercices « de préparation au combat ». « Nous sommes à un stade où la Russie peut lancer à tout moment une attaque en Ukraine », a assuré la porte-parole de la Maison Blanche Jen Psaki.

Un membre des forces armées ukrainiennes marche près de la ligne de séparation avec les rebelles soutenus par la Russie près de Horlivka dans la région de Donetsk, en Ukraine, le 22 janvier 2022. © ANNA KUDRIAVTSEVA / REUTERS Un membre des forces armées ukrainiennes marche près de la ligne de séparation avec les rebelles soutenus par la Russie près de Horlivka dans la région de Donetsk, en Ukraine, le 22 janvier 2022.

Si les origines du conflit remontent à la fin de la guerre froide, puis à la guerre civile de 2014, les tensions s'exacerbent depuis novembre, à la frontière entre la Russie et l'Ukraine, laissant craindre une invasion par Moscou. Malgré les échanges diplomatiques, les signes d'apaisement manquent à l'appel.

Menaces économiques, déploiements militaires.... L'escalade des tensions s'est accentuée ces derniers jours à propos d'une potentielle invasion de l'Ukraine par la Russie.

Ukraine : face à la menace russe, Washington hausse encore le ton

  Ukraine : face à la menace russe, Washington hausse encore le ton Le secrétaire d'État américain Antony Blinken s'est voulu ferme sur une possible invasion de l'Ukraine par la Russie, qui masse ses troupes à la frontière.Le diplomate a fait ce parallèle depuis Berlin, ville coupée en deux par un mur pendant près de 30 ans, où il a mené jeudi des pourparlers avec ses alliés européens à la veille d'une rencontre cruciale à Genève avec les Russes. La Russie a déployé des dizaines de milliers de soldats à la frontière ukrainienne, laissant craindre une invasion.

L'occident dénonce l'ampleur des activités militaires de Moscou, qui amasse des troupes aux portes de l'Ukraine tandis que le Kremlin, qui dément tout projet d'invasion accuse les forces de l'Otan de menacer sa sécurité.

Alors quelle est la situation à la frontière entre la Russie et l'Ukraine ? Voici cinq questions pour mieux comprendre.

1) Depuis combien de temps dure le conflit ?

Les origines du conflit entre les deux pays remontent à la fin de la Guerre Froide. En 1991, au moment de la chute de l’URSS, l’Ukraine, redevenue indépendante, se rapproche de l’Otan. Cette relation qui se consolide au fil des années inquiète la Russie. En 2008, George W. Bush propose à Kiev de bénéficier d’un processus d’adhésion accéléré à l'alliance politico-militaire. Mais elle sera refusée par plusieurs pays européens, dont la France et l’Allemagne, par peur des représailles de Moscou.

UE humilié par Brexit Britain en tant que Scholz allemand, obligé de refuser Biden Sny

 UE humilié par Brexit Britain en tant que Scholz allemand, obligé de refuser Biden Sny German Media Outlet Der Spiegel a signalé que M. Scholz a annoncé une invitation la semaine dernière pour se rendre à Washington pour rencontrer le président américain au milieu des tensions de montage entre la Russie et l'Ukraine. Mais la maison blanche et un porte-parole de la chancelière allemande ont nié la réclamation.

En 2014, la Russie annexe la Crimée - en violation du droit international - suite à la révolution de Maïdan qui provoquera la destitution du président Pro-russe Viktor Ianoukovitch. Un mois plus tard, une guerre civile éclate dans le Donbass, à l'Est du pays, entre des forces pro-russes soutenues par Moscou et le pouvoir central de Kiev.

Auto-proclamées indépendantes, deux républiques naissent de ce conflit qui a fait 13 000 morts : la République populaire de Donetsk et la République populaire de Lougansk. Les tensions s’apaisent légèrement avec les accords de paix de Minsk de 2015, mais la situation ne fait qu’accroître le soutien de l’Otan à l’Ukraine.

2) Pourquoi observe-t-on une escalade des tensions ?

À l'automne 2021, Kiev et ses alliés commencent à s'inquiéter des activités militaires à la frontière. La Russie est accusée de déployer plus de 100 000 militaires et de fournir des troupes et des armes aux séparatistes prorusses de l'est de l'Ukraine. La Russie justifie alors ces mouvements par la nécessité de réagir aux activités « menaçantes » de l’OTAN.

Ukraine : les Etats-Unis déconseillent aux ressortissants américains de se rendre en Russie

  Ukraine : les Etats-Unis déconseillent aux ressortissants américains de se rendre en Russie Dans un contexte de montée des tensions, le département d’Etat américain a annoncé un certain nombre de vives recommandations pour ses citoyens. Face à la situation en Ukraine, les Etats-Unis ont déconseillé aux Américains de se rendre en Russie et ont, en outre, ordonné aux familles des diplomates américains basées à Kiev de quitter le pays "en raison de la menace persistante d'une opération militaire russe". Le personnel local et le personnel non-essentiel peut quitter l'ambassade de Kiev s'il le souhaite, a précisé le département d'Etat dans un communiqué.

Le renseignement américain affirme même que la Russie a mandaté des agents dans l'est de l'Ukraine pour mener des opérations de « sabotage » visant à créer un « prétexte » pour une offensive, rapporte France Info. Le Kremlin nie avoir de telles intentions.

L'entrée de troupes russes en Biélorussie le 18 janvier a alimenté les inquiétudes des États-Unis, qui ont notamment débloqué 200 millions de dollars supplémentaires d'aide sécuritaire au pays, raconte les Echos. L'Estonie, la Lituanie et la Lettonie ont, pour leur part, annoncé la livraison d'armes à l'Ukraine.

Mardi 25 janvier 2022, les forces armées russes ont lancé une nouvelle série de manœuvres à proximité de l’Ukraine et en Crimée annexée. Ces exercices impliquent 6 000 hommes, des avions de chasse et des bombardiers, selon les agences russes.

3) Comment réagissent les États-Unis ?

Si la Russie « envahit tout le pays », ou « même beaucoup moins » que cela, il y aura « d'énormes conséquences » et cela « changerait le monde », a indiqué, mardi, Joe Biden. Le président américain a toutefois fixé, une nouvelle fois, les limites de toute riposte américaine. « Nous n'avons pas l'intention de déployer des forces américaines ou de l'Otan en Ukraine », qui n'est pas membre de l'alliance militaire occidentale.

Ukraine : Londres et Washington ont-ils raison d'être alarmistes face à Moscou ?

  Ukraine : Londres et Washington ont-ils raison d'être alarmistes face à Moscou ? Washington a commencé, lundi, à mobiliser plus de 8 000 troupes tandis que Londres multiplie les mises en garde contre une offensive militaire russe "éclair" en Ukraine. Pourtant, difficile sur le terrain de savoir si Moscou met la dernière touche à une attaque ou si c'est une mise en scène d'une escalade militaire. Du nouveau à l’Ouest. Du moins, à Londres et Washington. Le Premier ministre britannique, Boris Johnson, a multiplié ces derniers jours les sorties alarmistes concernant les risques d’une guerre en Ukraine.

Sur le plan économique en revanche, les États-Unis sont prêts à taper fort. Washington envisage, selon le haut responsable de la Maison Blanche, d'interdire l'exportation vers la Russie de technologie américaine. Les États-Unis menacent aussi d'asphyxier les banques russes en leur interdisant les transactions en dollars, devise reine des échanges internationaux.

Washington a également placé jusqu’à 8 500 militaires en état d’alerte qui pourraient être déployés au sein des troupes de l’Otan en cas d’invasion de l’Ukraine par la Russie, a annoncé lundi le porte-parole du Pentagone, John Kirby.

4) Et l'Europe ?

Dans ce pas de deux entre les États-Unis et la Russie, voulu par Vladimir Poutine, les Européens cherchent à se faire entendre. « La discussion entre les États-Unis et la Russie est-elle une bonne chose ? Oui. Cette discussion a-t-elle donné des résultats concrets ? Je n'en ai pas vu », a lancé Emmanuel Macron, décidé à avoir son propre canal de communication avec Vladimir Poutine. Le président français aura vendredi un entretien téléphonique avec son homologue russe.

« S'il devait y avoir une agression » de la Russie contre l'Ukraine, « la riposte sera là et le coût sera très élevé », a toutefois averti mardi le chef de l'État, affichant sa cohésion avec les Américains en la matière.

Crise en Ukraine. L’ambassade américaine exhorte ses citoyens « à envisager de partir maintenant »

  Crise en Ukraine. L’ambassade américaine exhorte ses citoyens « à envisager de partir maintenant » L’ambassade américaine à Kiev a appelé, ce mercredi 26 janvier, ses ressortissants à se tenir prêt à partir. Les tensions entre Occidentaux et Russes se sont fortement accrues ces derniers jours sur l’épineux sujet de l’Ukraine. L’ambassade américaine à Kiev a « exhorté » mercredi 26 janvier les citoyens américains se trouvant en Ukraine à quitter le pays sans tarder, en pleines tensions entre les Occidentaux et la Russie au sujet de l’Ukraine.« L’ambassade des États-Unis exhorte les citoyens américains à envisager de partir maintenant », a indiqué l’ambassade sur son site.

Pour Emmanuel Macron, l’Allemagne et la France sont unies sur ce sujet, notamment comme étant les deux partenaires européens présents dans le format Normandie​, qui consiste en une rencontre diplomatique entre Russie, Ukraine, les États-Unis, la France et l’Allemagne.

Les pays de l’Union européenne n’ont, en revanche, pas encore décrété le départ d’une partie de leurs personnels diplomatiques d’Ukraine, contrairement à Washington, Londres, Ottawa et Canberra.

Que souhaite la Russie ?

Pour le Kremlin, c'est Washington qui provoque une nouvelle « exacerbation » des tensions, que ce soit en mettant des troupes en alerte ou en rapatriant des familles de diplomates américains.

Pour s'engager dans une désescalade, Moscou exige tout d'abord un traité bannissant tout élargissement de l’Alliance atlantique. Une demande jugée inacceptable en Europe comme en Amérique. Mais Washington a néanmoins promis de remettre cette semaine une réponse écrite aux Russes.

Le Kremlin réclame également que les Américains et leurs alliés renoncent à organiser des manœuvres et des déploiements militaires en Europe de l’Est.

Se faisant de plus en plus exigeante, Moscou demande en plus à l’Alliance atlantique le retour à ses frontières de 1997. Interrogé spécifiquement sur ce que cela signifiait pour la Roumanie et la Bulgarie, qui ont rejoint l’Otan après 1997, le ministère russe des Affaires étrangères a répondu que Moscou souhaitait que toutes les troupes étrangères, armes et matériels militaires soient retirés de ces États. D’autres pays d’Europe centrale et orientale sont concernés, comme la Pologne et les pays baltes.

Crise en Ukraine : on vous résume les différentes négociations en cours pour apaiser la situation .
Le chef de l'Etat, Emmanuel Macron, doit s'entretenir avec son homologue russe, Vladimir Poutine, vendredi matin. © Fournis par franceinfo "Faire le point sur l'ensemble de la situation, obtenir de la visibilité et engager un dialogue exigeant." Voici l'objectif de l'échange téléphonique entre Emmanuel Macron et Vladimir Poutine, vendredi matin, selon les termes très diplomatiques du locataire de l'Elysée. Le mot "désescalade" n'est pas prononcé, mais c'est l'enjeu de ce coup de fil entre les présidents français et russe, au sujet des vives tensions entre l'Ukraine et la Russie.

Voir aussi