Monde: Manifestations en Iran : Une femme frappée par la police lors d’une mobilisation à Paris ?

Mobilisation russe : la population "n'est pas dupe" et "comprend" qu'elle est entrée "en guerre", analyse la géopolitologue Carole Grimaud

  Mobilisation russe : la population Elle estime que "plus d'un million" de Russes seraient déjà concernés par cette mobilisation, soulignant une "confusion" entre la communication des autorités et la réalité du terrain. © Fournis par franceinfo "La population mobilisée n'est pas dupe et comprend bien que la Russie entre en guerre", a expliqué samedi 24 septembre sur franceinfo Carole Grimaud, spécialiste de la géopolitique russe, enseignante à l’université de Montpellier, et experte à l’Observatoire géostratégique de Genève, alors que Moscou a lancé la mobilisation partielle de ses réservistes.

Le sang visible sur le visage et les vêtements de la manifestante était en réalité factice et avait pour but pour dénoncer les violences

Plusieurs manifestations ont été organisées en France, dont une à Lyon, qui a réuni plusieurs centaines de personnes © KONRAD K. Plusieurs manifestations ont été organisées en France, dont une à Lyon, qui a réuni plusieurs centaines de personnes Fake off - Le sang visible sur le visage et les vêtements de la manifestante était en réalité factice et avait pour but pour dénoncer les violences

Les Français expriment leur soutien au peuple iranien et en payent le prix fort, selon des internautes. A la suite d’une manifestation qui s’est tenue à proximité de l’ambassade d’Iran à Paris le 25 septembre, plusieurs images d’une femme avec le visage ensanglanté ont circulé. « Voilà ce que fait la police aux citoyens français qui osent manifester leurs soutiens à un peuple réprimé », écrit un internaute.

Iran. C’est quoi cette « police des mœurs » qui tyrannise les femmes ?

  Iran. C’est quoi cette « police des mœurs » qui tyrannise les femmes ? Pour s’assurer que les femmes iraniennes portent correctement le foulard islamique, une « police de la moralité » les surveille dans la rue. C’est cette police des mœurs qui a arrêté Mahsa Amini, 22 ans, parce que des cheveux débordaient de son voile. La mort de cette jeune femme en détention le 16 septembre a déclenché une vague de protestation. Que Téhéran réprime dans le sang. En Iran, la police des mœurs est sous le feu des critiques, depuis la mort, le 16 septembre, de Mahsa Amini, 22 ans, arrêtée en raison d’une mèche de cheveux qui dépassait de son voile. Les Iraniens, hommes et femmes, protestent dans la rue, mais la répression de Téhéran est sans pitié.

Pour affirmer cela, plusieurs personnes citent un article du site l’Insoumission, qui titre : « Iran : la manifestation de soutien à Paris violemment réprimée par la Police, les images de la honte. » Et pour illustration, le visage d’une femme marqué par le sang.

Ces manifestants étaient réunis pour soutenir la population iranienne et le mouvement de protestation né dans le pays depuis la mort de Mahsa Amini, le 16 septembre. La jeune femme de 22 ans avait été arrêtée par la police des mœurs pour « port de vêtements inappropriés » parce qu’elle portait mal son voile. Plus de 75 citoyens ont été tués depuis en Iran, selon l’ONG Iran Human Rights, basée à Oslo.

FAKE OFF

En réalité, ce ne sont pas des coups portés par la police qui ont mis la manifestante dans cet état. Cette accusation faisait d’ailleurs tache sachant que Paris a condamné les violences perpétrées ces derniers jours lors des manifestations en Iran.

40 fois des célébrités déguisées en d'autres célébrités pour Halloween

 40 fois des célébrités déguisées en d'autres célébrités pour Halloween Topline Iran ont accusé les États-Unis de capitaliser sur les manifestations de masse nationales contre les règles strictes de l'Iran sur la robe des femmes après la mort d'une femme de 22 ans en garde à vue, affirmant que les États-Unis tente de «s'affaiblir» la stabilité en Iran quelques jours après que le Département du Trésor a annoncé des sanctions contre la «police de la moralité» de l'Iran.

Plus précisément, si l’on ne se contente pas de lire seulement le titre de l’article publié sur le site L’Insoumission, de supposées violences policières ne sont évoquées nulle part. Il s’agit certainement d’un raccourci fait et relayé par certains internautes.

Il s’agissait de la tenue portée par la manifestante afin de dénoncer les violences. Elle est visible sur plusieurs vidéos de la mobilisation, avec des coulées rouges sur le visage et des tâches de mains en sang sur sa tunique blanche. Cette femme arborait une pancarte sur laquelle était écrit : « Voici l’image de mon peuple. Portez la voix des Iraniens. » Illustration avec la vidéo du journaliste Remy Buisine, ci-dessus, dans laquelle elle est visible au premier rang face aux forces de l’ordre.

affirme que les États-Unis utilisent des manifestations de hijab pour `` affaiblir '' l'Iran alors que les manifestations diffusées à l'échelle mondiale

 affirme que les États-Unis utilisent des manifestations de hijab pour `` affaiblir '' l'Iran alors que les manifestations diffusées à l'échelle mondiale Le responsable iranien de Topline Iran ont accusé les États-Unis de capitaliser sur les protestations de masse à l'échelle nationale contre les règles strictes de l'Iran sur la robe des femmes après la mort d'une femme de 22 ans En garde à vue, affirmant que les États-Unis tentent «d'affaiblir» la stabilité en Iran quelques jours après que le département du Trésor a annoncé des sanctions contre la «police de la moralité» de l'Iran.

Une info douteuse ? Passez par WhatsApp

A noter que cette manifestation du 25 septembre ne s’est pas déroulée sans heurts. Le cortège devait, à l’origine, gagner l’ambassade d’Iran, mais il a été stoppé par les forces de l’ordre, lesquelles ont utilisé des gaz lacrymogènes.

Iran : « La conspiration des ennemis a échoué », affirme le président .
Les manifestations ont éclaté il y a deux semaines après la mort de Mahsa Amini. 41 personnes supplémentaires sont mortes lors d'affrontements vendredi.Les manifestations en Iran, les plus importantes depuis 2019, ont été déclenchées par le décès le 16 septembre de cette Kurde iranienne, trois jours après son arrestation pour infraction au Code vestimentaire strict de la République islamique qui oblige notamment les femmes à porter le voile. Des rassemblements de solidarité avec les femmes iraniennes, qui brûlent des foulards en signe de protestation, ont depuis eu lieu dans le monde entier, notamment samedi dans plus de 150 villes.

Voir aussi