Actualités à la une

Monde: Vladimir Poutine : ce signe qui montre qu’il serait atteint de Parkinson

Michael Parkinson laisse que les téléspectateurs de GMB concernés «assez tristes»

 Michael Parkinson laisse que les téléspectateurs de GMB concernés «assez tristes» L'apparition de Votre navigateur ne soutient pas cette vidéo Sir Michael Parkinson a rejoint Susanna Reid et Richard Madeley sur Good Morning Britain mercredi pour discuter de son dernier livre. Alors qu'il réfléchissait à sa carrière, Michael a été rejoint par son fils Mike Parkinson. Cependant, certains téléspectateurs ITV étaient préoccupés par l'apparence du diffuseur vétéran. Susanna et Richard ont interrogé Michael pour sa carrière et l'art à l'interview.

Depuis le début du conflit, la spéculation autour de la santé du pensionnaire du Kremlin ne fait que croître.

  Vladimir Poutine : ce signe qui montre qu’il serait atteint de Parkinson © Fournis par BANG Showbiz

Vladimir Poutine a une nouvelle fois semé le doute concernant son état de santé alors qu’il a été aperçu en train de remuer son pied constamment lors d’un entretien avec le président kazakh.

Le président russe semblait également avoir le visage gonflé lors d’un échange avec Kassym-Jomart Tokaïev, les deux chefs d’États étant réunis pour signer un document marquant les 30 ans de relations diplomatiques entre les deux pays.

Si Tokaïev a approuvé l’invasion russe en Ukraine, il semble qu’il y ait des tensions cependant entre les deux leaders, ce dernier refusant de regarder dans les yeux son homologue.

Le président kazakh, lors de son discours, s’est dit « satisfait » des relations avec la Russie avant d’avertir Poutine qu’il devait songer à la suite.

Depuis le début du conflit, la spéculation autour de la santé du pensionnaire du Kremlin ne fait que croître.

Le cercle proche du président serait inquiet concernant sa santé qui se détériorait selon les dires du compte Telegram General SVR.

Qui sont les derniers opposants à Vladimir Poutine ? .
Ce vendredi, l’opposant Ilia Iachine a été condamné à huit ans et demi d’emprisonnement. Il fait partie des dernières figures d’opposition au président Vladimir Poutine, qui renforce la répression depuis le début de la guerre en Ukraine. Peu après février, le Kremlin a ajouté plusieurs articles au code pénal pour punir ceux qui «discréditent» l’armée ou «publient de fausses informations» à son sujet. Des lois suffisamment vagues pour poursuivre tout critique. Pour autant, quelques voix résistent encore, souvent au prix de leur liberté.

Voir aussi