Monde: Coronavirus : La Russie a produit un premier lot de vaccins, annonce le ministère russe de la Santé

La plupart des pays africains n'auront pas de nouveaux vaccins Covid-19 avant un an

 La plupart des pays africains n'auront pas de nouveaux vaccins Covid-19 avant un an Plusieurs parties prenantes dont le L'OMS ont appelé pour un accès équitable au futur vaccin Covid-19 en Afrique. «Trop souvent, les pays africains se retrouvent en queue de peloton pour les nouvelles technologies, y compris les vaccins. Ces produits vitaux doivent être accessibles à tous, pas seulement à ceux qui ont les moyens de payer », déclare le Dr Matshidiso Moeti, directeur régional de l'OMS pour l'Afrique.

Le ministre russe de la Santé, Mikhaïl Mourachko, a indiqué cette semaine que le vaccin serait d’abord disponible pour les soignants, puis pour tous les Russes volontaires

La Russie avait annoncé il y a une dizaine de jours qu'elle avait mis au point un vaccin contre le coronavirus. © JUAN MABROMATA / AFP La Russie avait annoncé il y a une dizaine de jours qu'elle avait mis au point un vaccin contre le coronavirus. EPIDEMIE - Le ministre russe de la Santé, Mikhaïl Mourachko, a indiqué cette semaine que le vaccin serait d’abord disponible pour les soignants, puis pour tous les Russes volontaires

La Russie a affirmé ce samedi avoir produit ses premiers vaccins contre le coronavirus, annoncés en début de semaine par Vladimir Poutine mais perçus avec scepticisme par le reste du monde. « Le premier lot du nouveau vaccin contre le coronavirus du Centre de recherches Gamaleïa a été produit », a indiqué dans un communiqué le ministère de la Santé russe, cité par les agences de presse russes.

"S'il y a du changement en Biélorussie, c’est que le Kremlin aura débranché Loukachenko"

  La Russie a beau avoir salué la victoire très controversée, dimanche, du président biélorusse Alexandre Loukachenko, ce dernier accuse le Kremlin de manipuler l’opposition et multiplie les provocations. La Russie laisse faire. Pour le moment. Arrestations de "mercenaires russes", imprécations et menaces… La relation jusque-là privilégiée entre la Russie et la Biélorussie a du plomb dans l’aile. C’est que le président Alexandre Loukachenko, souvent surnommé le "dernier dictateur d'Europe", réélu dimanche avec plus de 80% des voix, a passé une partie de sa campagne électorale à agiter le chiffon rouge de la vassalisation par la Russie.

Le président russe a déclaré mardi qu’un premier vaccin « assez efficace » avait été enregistré en Russie par le Centre de recherches en épidémiologie et microbiologie Nikolaï Gamaleïa, à Moscou, en partenariat avec le ministère russe de la Défense. Vladimir Poutine avait même affirmé qu’une de ses filles s’était fait inoculer le vaccin, nommé « Spoutnik V » (V comme vaccin), en référence au satellite soviétique, premier engin spatial mis en orbite en 1957, en pleine Guerre froide.

Le ministre russe de la Santé, Mikhaïl Mourachko, a indiqué cette semaine que le vaccin serait d’abord disponible pour les soignants, puis pour tous les Russes volontaires. Avec plus de 917.000 cas confirmés officiellement, la Russie est actuellement au quatrième rang des pays les plus touchés dans le monde par l’épidémie, après les Etats-Unis, le Brésil et l’Inde.

Russie affirme qu'il y a une `` guerre de l'information majeure '' contre son vaccin contre le coronavirus

 Russie affirme qu'il y a une `` guerre de l'information majeure '' contre son vaccin contre le coronavirus Russie a annoncé mardi que son vaccin avait été approuvé par ses régulateurs de la santé. Le président russe Vladimir Poutine a insisté sur le fait que le vaccin était sûr et efficace et que l'une de ses filles avait déjà reçu le vaccin. La nouvelle a suscité de nombreuses critiques et inquiétudes quant à sa sécurité et son efficacité. © Fourni par CNBC Un policier patrouille sur une Place Rouge déserte pendant la pandémie du nouveau coronavirus (COVID-19).

La phase finale des essais clinique n’a commencé que cette semaine

Des chercheurs occidentaux ont néanmoins émis des doutes sur cette annonce, certains soutenant même qu’un vaccin mis au point de manière précipitée pouvait être dangereux, alors que la phase finale des essais a seulement commencé cette semaine.

Le directeur du Centre Gamaleïa, Alexander Guintsbourg, a affirmé ce samedi à l’agence TASS que les volontaires prenant part à la dernière phase de test recevraient deux inoculations. Depuis le début des recherches, l’institut Gamaleïa est cependant accusé de rompre avec les protocoles habituels pour accélérer le processus scientifique. Et jusqu’ici, la Russie n’a pas publié d’étude détaillée permettant de vérifier indépendamment ses résultats.

Le fonds souverain russe impliqué dans le développement du vaccin a affirmé que le début de la production industrielle était prévu en septembre et que plus d’un milliard de doses avaient été pré-commandées par 20 pays étrangers.

Spoutnik V: Ce que nous savons du vaccin russe contre le coronavirus

 Spoutnik V: Ce que nous savons du vaccin russe contre le coronavirus © [Ministère russe de la Santé / Anadolu] Le vaccin porte le nom de Spoutnik, le premier satellite au monde lancé par l'Union soviétique [Ministère russe de la Santé / Anadolu] La Russie est sur le point de déployer le premier vaccin contre le coronavirus approuvé au monde dans un climat de scepticisme quant à son efficacité et à son innocuité après moins de deux mois de tests sur l'homme.


Vidéo: Philippines: le président Duterte se porte volontaire pour tester le vaccin russe (Le Figaro)

Avant l'affaire Alexeï Navalny, ces empoisonnements suspects d'opposants politiques russes .
L'opposant à Vladimir Poutine est dans le coma depuis qu'il a pris un thé dans l'aéroport de la ville sibérienne d'Omsk.Pour l'entourage d'Alexeï Navalny, le diagnostic est clair : l'opposant de Vladimir Poutine a été "empoisonné, intoxiqué", comme l'écrit sa porte-parole sur Twitter, vendredi 21 août. Transféré par avion médicalisé samedi matin de l'hôpital d'Omsk à un établissement réputé de Berlin, ce Russe de 44 ans était dans un état stable à son arrivée en Allemagne samedi matin, selon l'ONG allemande Cinema for Peace, qui a affrété l'appareil.

Voir aussi