Actualités à la une

Monde: Etats-Unis : Donald Trump évoque un retour pour la présidentielle de 2024

Matt Gaetz mène la charge pour Trump 2024, mais certains des électeurs de l'ancien président passent à

 Matt Gaetz mène la charge pour Trump 2024, mais certains des électeurs de l'ancien président passent à Rep. Matt Gaetz (R-FL) fait pression pour que Donald Trump soit le candidat du GOP 2024, bien que les sondages aient montré certains anciens partisans ne sont pas d'accord. © Michael Ciaglo / Getty Images Le représentant Matt Gaetz (R-FL) salue les supporters après s'être entretenu avec une foule lors d'un rassemblement contre la représentante Liz Cheney (R-WY) le 28 janvier 2021 à Cheyenne, Wyoming.

Pour sa première prise de parole publique depuis son départ de la Maison-Blanche, dimanche au rassemblement annuel des conservateurs, l'ancien président américain Donald Trump a flirté avec l'idée de briguer un nouveau mandat en 2024. © Reuters

Pour sa première prise de parole publique depuis son départ de la Maison-Blanche, dimanche au rassemblement annuel des conservateurs, l'ancien président américain Donald Trump a flirté avec l'idée de briguer un nouveau mandat en 2024.

C'était sa première prise de parole publique depuis son départ de la Maison-Blanche. Dimanche, Donald Trump s'est exprimé en clôture de la Conservative Political Action Conference, la grand-messe annuelle des conservateurs à Orlando, en Floride. Pendant une heure et demie, l'ancien président américain a égrené ses thèmes favoris devant une foule acquise à sa cause. Dans le hall trônait une immense statue dorée à son effigie. Un grand retour dans l'arène politique avant de se relancer dans la course au pouvoir? Sans jamais l'affirmer clairement, le milliardaire a entretenu l'idée d'un come-back en 2024.

Trump à CPAC fomente les guerres primaires du GOP 2022

 Trump à CPAC fomente les guerres primaires du GOP 2022 Alors que la Conférence d'action politique conservatrice se réunit en Floride ce week-end, il y a une grande joie parmi les partisans de l'ancien président Donald Trump, qui croient avec raison qu'il contrôle le Parti républicain, et une joie égale parmi Les démocrates libéraux et les dirigeants démocrates, qui croient avec raison que la division et le contrôle des républicains par Trump est un grand cadeau pour les démocrates lors des élections de mi-mandat de 2022.

Il sous-entend qu'il pourrait se représenter

A plusieurs reprises, Donald Trump a sous-entendu qu'il pourrait briguer un nouveau mandat en 2024. Le milliardaire aurait alors 78 ans. "Le parcours incroyable que nous avons entamé ensemble [...] est loin d'être fini", a-t-il affirmé. "Et à la fin, nous l'emporterons." Alors que des rumeurs bruissaient sur la possible création d'un nouveau parti, l'ancien président a coupé court : "Nous n'allons pas créer de nouveaux partis, nous n'allons pas diviser notre pouvoir. Nous serons unis et puissants comme jamais."

Lire aussi - Etats-Unis : privé de son compte Twitter, Donald Trump a-t-il un avenir politique?

Sans afficher clairement ses intentions, Donald Trump a évoqué la prochaine élection présidentielle. "Avec votre aide, nous reprendrons la Chambre des représentants, nous reprendrons reprendrons le Sénat, et ensuite un président républicain fera un retour triomphant à la Maison-Blanche", a-t-il dit. Et de s'interroger, sous les acclamations : "Je me demande bien qui ce sera." Refusant toujours de reconnaître sa défaite face aux démocrates, il a déclaré : "Je pourrais même décider de les battre une troisième fois."

À la CPAC en Floride, Trump devrait se positionner pour 2024... et 2022

  À la CPAC en Floride, Trump devrait se positionner pour 2024... et 2022 ÉTATS-UNIS - “Le Festival de Cannes des conservateurs, le Top 50 de la droite américaine”. Ce dimanche 28 février, Donald Trump retrouve officiellement ses électeurs en prenant la parole pour la première fois depuis les évènements du 6 janvier devant la Conservative Political Action Conference qui se déroule à Orlando en Floride. Selon son entourage, il devrait évoquer “l’avenir du parti républicain et du mouvement conservateur”. Mais pour de nombreux observateurs, cela ne fait guère de doute: ce dont devrait parler Donald Trump, c’est surtout de son avenir politique à lui.“Imaginez, il va parler en dernier, devant tous ses rivaux possibles.

Il est toujours plus virulent avec les démocrates

Comme à son habitude, Donald Trump s'en est pris avec virulence à la politique des démocrates et de Joe Biden. Selon lui, son successeur vient d'achever "le premier mois le plus désastreux" de l'histoire de la présidence américaine. N'hésitant pas à dramatiser l'enjeu, il a estimé que "notre sécurité, notre prospérité et notre identité même d'Américains sont en jeu". "Nous sommes engagés dans une lutte pour la survie de l'Amérique comme nous la connaissons", a-t-il argué. "C'est une lutte. C'est une lutte terrible, terrible, douloureuse. [...] Mais à la fin nous gagnons toujours".

Position à l'égard de l'Iran, lutte contre le changement climatique, barrières douanières... Le milliardaire a attaqué la politique du nouveau locataire de la Maison-Blanche et s'en est pris, pêle-mêle, aux migrants, aux personnes transgenres ou encore au Dr. Anthony Fauci, principal conseiller de l'exécutif sur l'épidémie. Le New York Times note d'ailleurs qu'il a encouragé ses partisans à se faire vacciner, chose qu'il n'avait jamais fait pendant sa mandature... pour mieux critiquer la stratégie vaccinale de Joe Biden.

Vengeance au rendez-vous ? Donald Trump, président déchu, s'apprête à faire un retour musclé

  Vengeance au rendez-vous ? Donald Trump, président déchu, s'apprête à faire un retour musclé Après deux mois de quasi-silence, cloitré dans son club de Palm Beach, en Floride, Donald Trump fait sa rentrée politique ce dimanche 28 février, avec un discours qui s’annonce musclé. Donald Trump prépare sa riposte. Deux mois après sa défaite lors de l'élection présidentielle américaine, face à Joe Biden, l'ancien président des États-Unis doit prononcer ce dimanche 28 février son premier grand discours lors de la Conservatrice Political Action Conference (CPAC), le rassemblement annuel du Parti républicain.

Il maintient la pression sur le Parti républicain

Donald Trump a aussi tenté de garder la main sur le Parti républicain, toujours plus divisé, pour s'assurer que la ligne populiste reste la plus influente. S'il a assuré que le Parti républicain était "uni", le milliardaire s'en est pris à ceux qui l'ont critiqué dans son propre camp, comme l'élue à la Chambre des représentants Liz Cheney ou le chef de la minorité républicaine au Sénat, Mitch McConnel. Ce dernier était absent du CPAC, tout comme l'ancien vice-président Mike Pence.

L'ancien président a listé les noms des 17 élus républicains qui ont voté contre lui au Congrès dans le cadre de la procédure "d'impeachment" pour incitation à l'insurrection, après l'envahissement du Capitole le 6 janvier dernier. "Débarrassez-vous en!", a-t-il lancé à ses partisans, déclenchant un tonnerre d'applaudissements.

Un "avertissement"

Un sondage mené dans la foule et publié juste avant son discours a révélé que 95% des participants souhaitent que le Parti républicain fasse avancer la ligne trumpiste. En revanche, 68% des participants voulaient voir Donald Trump briguer un second mandat en 2024. S'ils devaient voter dès maintenant, 55% des sondés apporteraient leur voix à Donald Trump. Pour certains observateurs, cette proportion n'est pas si élevée, dans un rassemblement pourtant rempli de partisans. Le commentateur conservateur Karl Rove a qualifié ce résultat d'"avertissement".

'Trophée épouse' Melania provoque une attaque vicieuse sur Twitter après les éloges du pasteur baptiste .
Votre navigateur ne supporte pas cette vidéo Le pasteur Stewart-Allen Clark a démissionné de son poste de modérateur lors d'un sommet institutionnel après que des utilisateurs de Twitter indignés aient réagi à son sermon exhortant les femmes être "plus comme la femme trophée épique" Melania Trump . Il a fait ces remarques lors d'un sermon à la First General Baptist Church de Malden, Missouri, qui a été filmé puis partagé sur Facebook. M.

Voir aussi