Actualités à la une

Sport: Violences conjugales dans le judo français

Nantes : Le « triste bilan » de Citad’elles, lieu refuge de plus en plus fréquenté par les femmes violentées

  Nantes : Le « triste bilan » de Citad’elles, lieu refuge de plus en plus fréquenté par les femmes violentées Ouverte à Nantes il y a deux ans, la structure unique en France met à l’abri et accompagne les femmes victimes de toute forme de violence © F.Brenon/20Minutes Dans un des salons de Citad'elles, lieu refuge et d'accompagnement pour les femmes victimes de violences, à Nantes. REFUGE - Ouverte à Nantes il y a deux ans, la structure unique en France met à l’abri et accompagne les femmes victi « Le bilan est triste au regard du grand nombre de femmes accompagnées. Mais on ne peut qu’être fiers d’avoir ouvert ce lieu. Il répond indiscutablement à un besoin.

Judo : Alain Schmitt en garde à vue pour avoir frappé Margaux Pinot © Fournis par Sports.fr Judo : Alain Schmitt en garde à vue pour avoir frappé Margaux Pinot

C’est une affaire dont le judo français se serait bien passé… Ce lundi, le couple que forment l’ancien judoka désormais entraîneur Alain Schmitt (38 ans) et la championne d’Europe 2020 des -70kg Margaux Pinot (27 ans) est au cœur de l’actualité pour une affaire de violences conjugales. L’Equipe et l’AFP rapportent en effet que le natif de Forbach a été placé en garde à vue et sera jugé mardi après-midi en comparution immédiate au tribunal de Bobigny « pour des faits de violences volontaires commises par conjoint ayant entraîné une incapacité totale de travail de plus de 8 jours ».

« Il y a toujours autant de mortes » : Deux ans après la grande mobilisation féministe de #NousToutes, « rien n’a changé »

  « Il y a toujours autant de mortes » : Deux ans après la grande mobilisation féministe de #NousToutes, « rien n’a changé » A l'appel du collectif #NousToutes, elles étaient plusieurs milliers à manifester ce samedi à Paris contre les violences faites aux femmes. Deux ans après la dernière grande mobilisation, l'urgence est toujours là« Rien n’a changé. Il y a toujours autant de mortes. » Ces mots, glaçants, c’est Héloïse qui les prononce. Elle est venue manifester ce samedi à Paris avec trois amies, à l'appel du collectif #NousToutes et d’une soixantaine d’associations. L’objectif ? Lutter contre les violences sexuelles et sexistes. Une précédente manifestation avait rassemblé il y a deux ans 100.000 personnes selon #NousToutes, 35.000 selon la police.

Il aurait en effet frappé au visage sa compagne dans la nuit de samedi à dimanche au Blanc-Mesnil, alors qu’il était en état d’ivresse. Transportée à l'hôpital Avicenne à Bobigny pour y être soignée, pendant que son compagnon était interpellé par la police, la judokate s'est vu prescrire plus de huit jours d'ITT, selon le parquet. La semaine passée, L’Esprit du judo révélait qu’Alain Schmitt, médaillé de bronze aux Mondiaux 2010 dans la catégorie des -81kg, allait quitter le club du Blanc-Mesnil pour aller entraîner l’équipe féminine d’Israël à partir de janvier prochain, et jusqu’aux Jeux Olympiques de Paris en 2024.

Reste à savoir si cette affaire judiciaire en France ne viendra remettre ce projet en question. Quant à Margaux Pinot, elle va désormais devoir se remettre physiquement et psychologiquement de cette affaire, avant de se tourner vers la saison 2022, où ses objectifs seront forcément élevés, elle qui a déjà remporté trois médailles aux championnats d’Europe (or en 2020, argent en 2017 et 2021) et une médaille de bronze aux Mondiaux 2019, sans oublier le titre de championne olympique par équipes avec les Bleus cet été à Tokyo.

Violences conjugales. Les victimes seront bientôt informées de la sortie de prison de leur agresseur .
Eric Dupond-Moretti, le ministre de la Justice, a annoncé mercredi 1er décembre 2021 la publication prochaine d’un décret qui rendra obligatoire l’information des victimes d’agressions. Le projet était en préparation depuis plusieurs mois, mais la mort d’une femme, tuée par son ex-conjoint le 26 novembre à Épinay-sur-Seine, a remis en lumière la nécessité d’agir. C’est officiel, les victimes de violences conjugales devront être informées de la sortie de prison de leur agresseur et des interdictions qui pèseront sur lui.

Voir aussi