Actualités à la une

Sport: Le PSG doit-il célébrer ce Ballon d’or ?

Manchester City vs PSG: Comment regarder, Nouvelles d'équipe, Cotes, Prévision

 Manchester City vs PSG: Comment regarder, Nouvelles d'équipe, Cotes, Prévision © fournies par NBC Sports Votre navigateur ne supporte pas cette vidéo Manchester City vs PSG est un jeu crucial de l'UEFA Champions League le mercredi (départ Time 3pm et avec des mises à jour en direct via nbcsports.com) Comme les deux équipes ont pour objectif de sécuriser une place au cours des 16 derniers 16.

  Le PSG doit-il célébrer ce Ballon d’or ? © Fournis par Sofoot

Lionel Messi Ballon d’or, Gianluigi Donnarumma meilleur gardien, le PSG a passé un lundi soir couronné de succès avec deux joueurs primés. Sauf que l’Argentin et l’Italien ne l’ont pas été pour leurs œuvres parisiennes. Peu importe, c’est en tant que joueurs du PSG qu’ils sont venus chercher leur trophée sur scène. De quoi permettre aux dirigeants parisiens de faire le paon tout en essayant de trouver un positionnement adéquat entre gêne, satisfaction et récupération. Comme le disait Liam Neeson dans Taken : « BON CHANCE ».

PSG-Nice, le Parc des Princes est garni et célèbre, en avant-match, son premier Ballon d’or. Lionel Messi, sept baudruches dorées au-dessus de sa cheminée, s’avance vers le rond central. Le trophée sous le bras et la veste Jordan estampillée PSG sur le dos. Le Parc acclame son numéro 30, son joueur, son gaucher qui vient de balancer trois caviars dans le buffet de Saint-Étienne, dimanche, en marchant. À ses côtés, Gianluigi Donnarumma déroule son double mètre, sa dégaine à la Gomorra et ses yeux malicieux, pour présenter son trophée Yachine, soit celui qui récompense le meilleur gardien de l’année. Meilleur joueur et meilleur gardien sur la même pelouse, sous le même maillot, celui du PSG, ce n’est pas commun. À Doha, mais aussi dans les loges du Parc des Princes, on se caresse la panse. C’est de la bonne publicité pour le projet. « Rêvons plus grand » annonce le dicton bien connu. « C’est une immense fierté pour le club qu’un de nos joueurs décroche le titre le plus prestigieux et le plus convoité », a d’ailleurs déclaré Nasser al-Khelaïfi à la sortie de la cérémonie, lundi soir. Dans les faits, le big boss parisien a raison. Sauf que le duo primé ne compte que 19 matchs avec le PSG (11 pour Messi, 8 pour Donnarumma). Raymond Domenech, Kaba Diawara ou encore Cyrille Pouget ont joué plus de matchs au Paris-SG que les deux réunis. Dès lors, comment célébrer deux joueurs, pour deux trophées individuels, alors que leurs prestations parisiennes n’ont aucunement pesé dans la balance au moment des votes sans passer pour l’opportuniste de service ? D’autant plus que pendant ce temps, Kylian Mbappé, qui a porté le PSG pendant toute la saison, jusqu’en demi-finales de C1, éliminant Lionel Messi au passage, a dû se contenter d’une petite neuvième place durant la même cérémonie.

Ligue des champions : dominé par Manchester City, le PSG affiche encore ses limites

  Ligue des champions : dominé par Manchester City, le PSG affiche encore ses limites Malgré cette défaite logique (2-1) en Angleterre, les Parisiens sont qualifiés pour les huitièmes de finale de la compétition grâce au faux pas de Bruges. © Fournis par Le Monde Lionel Messi et Neymar après la défaite du PSG contre Manchester City, à l’Etihad Stadium de Manchester, le 24 novembre 2021. L’essentiel est assuré, mais le Paris-Saint-Germain n’y est pour rien après sa défaite 2-1 à Manchester City, ce mercredi 24 novembre. Grâce à la large victoire du RB Leipzig à Bruges (0-5), le PSG prendra ses quartiers d’hiver pour la dixième saison de suite en huitièmes de finale de la Ligue des champions.


Vidéo: Gr. B - Adnan Januzaj : "D'abord se faire plaisir" (Dailymotion)

La revanche de 1995

Alors oui, en 1995, l’AC Milan ne s’était pas trop posé de questions au moment de célébrer George Weah, Ballon d’or, alors que le Libérien avait surtout gagné son titre avec le PSG et notamment en C1 (demi-finaliste, meilleur buteur de la compétition). Sans doute que le Paris-SG n’avait pas forcément envisagé un tel scénario. Idéalement, chaque club rêve d’une consécration ultime et sans débat. À savoir une saison entière sous le même maillot. Car le Ballon d’or de Messi est à la fois celui du FC Barcelone et de l’Argentine. Mais pas beaucoup celui du PSG qui a juste la chance d’être au bon endroit, au bon moment, quand les votes deviennent publics et définitifs. Est-ce la faute du club parisien ? Pas du tout. Reste à trouver la juste mesure dans la manière de féliciter son joueur. En résumé, il ne faut pas trop bomber le torse à la face du monde pour avoir, en son sein, un tel joueur, et ne pas donner l’impression de trop la ramener. Sans oublier qu’il ne faut pas vexer les camarades de vestiaires (Mbappé, Neymar). Un difficile exercice d’équilibriste qui sied à merveille au PSG où tout est politique, des compositions d’équipe au mercato en passant par les campagnes marketing. Reste que les faits sont têtus et souvent bruts. Lionel Messi, joueur du PSG depuis quatre mois, vient de remporter son septième Ballon d’or et jouera, cette saison au moins, en Ligue 1. Le PSG n’a rien demandé, mais se retrouve avec cet héritage. Il faut simplement un peu de doigté pour célébrer la chose sans se donner un trop grand rôle en attendant, peut-être un jour, une vraie consécration parisienne. À moins que l’exercice 2022 ne soit têtu et consacre un Kylian Mbappé monstrueux avec le PSG de janvier à juin... avant de poursuivre son œuvre au Real Madrid et glaner ainsi son premier Ballon d’or en tant que joueur de la Maison-Blanche. Cela serait, décidément, très PSG tout ça.

PSG, éclaircie passagère ou vrai déclic ? .
ANALYSE – Le Paris Saint-Germain a terminé sa phase de poules de Ligue des champions sur une bonne note. Prometteur pour la suite ?Évidemment, tout n'a pas été parfait face à des champions de Belgique cueillis à froid par le doublé supersonique d'un Kylian Mbappé des grands soirs, comme souvent. «On doit mieux gérer nos temps faibles, qui sont peut-être beaucoup trop faibles», analyse le champion du monde de 22 ans, qui termine cette première phase avec quatre buts et autant de passes décisives.

Voir aussi