Actualités à la une

Bien-être: Témoignage alcoolisme : comment arrêter l’alcool ?

Épicerie Dites Ces 5 articles sont moins chers que la viande en ce moment

 Épicerie Dites Ces 5 articles sont moins chers que la viande en ce moment © CBC Les conteneurs de boissons alcoolisées ne sont pas tenus de contenir des comptes calorifiés ni des informations sur la santé au Canada. Un groupe au Manitoba veut changer cela. Une organisation à but non lucratif à Brandon, l'homme, vise à la manière dont l'alcool est commercialisé - et indique que des informations telles que des comptes caloriques et des tailles de service suggérées doivent être incluses sur l'emballage d'alcool.

Témoignage alcoolisme : comment arrêter l’alcool ? © Capture vidéo Témoignage alcoolisme : comment arrêter l’alcool ?

Après avoir sombré dans l’alcoolisme avant sa majorité, Baptiste Mulliez est aujourd’hui patient expert en addictologie. Pour Medisite, il revient sur les questions à se poser quand on consomme de l’alcool et comment aider une personne alcoolique.

“Il y a autant de forme d’alcoolisme que de dépendants, car nous avons tous une relation unique avec l’alcool” tient à rappeler Baptiste Mulliez. “D’ailleurs, pour certaines personnes, consommer de l’alcool pendant un bon repas paraît essentiel quand d’autres dépendants vont plutôt privilégier les moments de solitude pour boire” explique le patient expert en addictologie. “Le point de départ, c'est d’identifier ces situations à risque et s’en préserver, car l’alcool est toujours un poison.”

Comment l'alcool peut provoquer une inflammation musculaire et entraver votre performance d'entraînement

 Comment l'alcool peut provoquer une inflammation musculaire et entraver votre performance d'entraînement Il n'y a rien de mal à profiter d'un verre de vin ou de sortir et de rattraper des boissons avec vos amis. Mais lorsque vous vous entraînez, trop d'alcool peut perturber votre sommeil et, par conséquent, peut provoquer une inflammation musculaire, vous faire sentir sous-par la tête dans votre séance d'entraînement, selon Samuel Chan, PT, DPT, ATC, CSCS , un thérapeute physique au Traitement sur mesure à New York.

Alcoolisme : les questions à se poser sur sa consommation d’alcool

Il existe 11 critères, que l'on appelle critères DSM, ces derniers sont répartis en classes :

Difficulté de contrôle vis-à-vis de la substance (efforts infructueux pour réduire, perte de contrôle, le temps passé, le craving) ; Impacts sociaux des consommateurs (échec dans les tâches habituelles, continuer à consommer malgré les conséquences nocives, abandon des autres activités) Usage à risque (utilisation répétée malgré les problèmes sociaux, consommer malgré les problèmes physiques et mentaux); Problèmes pharmacologiques (tolérance au produit).

“Les médecins ont identifié certaines questions liées à la dépendance alcoolique, mais de manière générale, si on se pose des questions, c'est qu’il y a peut-être un problème. Quand j’étais alcoolique, je faisais des recherches sur Internet comme ‘suis-je alcoolique ? ou, ‘peut-on mourir d’une gueule de bois ?’” témoigne Baptiste. “Depuis que je suis devenu patient expert, j’ai établi mes propres questions/réflexions sur l’addiction à l’alcool :

Le pays qui consomme le plus d'alcool par habitant n'est pas celui que vous croyez !

  Le pays qui consomme le plus d'alcool par habitant n'est pas celui que vous croyez ! Non, les Russes ne sont pas les plus grands consommateurs d'alcool, et les Allemands non plus. Selon un classement mondial, ce sont les habitants des îles Cook les plus grands consommateurs au monde. Ils dégustent près de 13 litres de spiritueux, vins et autres bières par an, d'après des calculs basés sur les données de l'OMS. L'océan Pacifique sud, à l'ouest de Tahiti, vous vous repérez ? Au large de la Nouvelle-Zélande dont elles dépendent politiquement, les îles Cook ne sont pas seulement surprenantes pour leurs plages magnifiques.


Vidéo: Thomas Lemar : "J'ai pris une autre dimension" (Dailymotion)

La fête peut commencer dès le premier verre, je me détends dès la première gorgée ; Quand je suis au travail, je pense à mon verre d’alcool du soir, l’alcool régit mes pensées ; Si je supprime un verre dans ma routine ça me met de mauvaise humeur, ça me frustre ; Si j’ai supprimé un verre, je compense en buvant encore plus la fois suivante ; J’ai des stratagèmes pour cacher l’odeur de l’alcool : “pour moi, c’était le chocolat” ; Si j’apprends qu’il n’y aura pas d’alcool à un événement, j’annule ma venue ; Même si je suis ivre, je ne refuse pas un verre d’alcool ; Après avoir réussi une activité alors que j’étais alcoolisé, je suis incapable de la réitérer sans consommer ; Je suis apaisé quand je sais qu’une soirée en fin de semaine m'attend avec des boissons alcoolisées : “l’alcool de fin de semaine tapisse souvent quelque chose de plus profond” précise Baptiste.

Il existe également des repères temporels :

Téléthon : témoignage de Marine, ambassadrice 2020

  Téléthon : témoignage de Marine, ambassadrice 2020 Marine est atteinte de dystrophie musculaire des ceintures. Une pathologie diagnostiquée en 2017 qui a été source de soulagement mais aussi de nombreux questionnements. Témoignage d’une jeune fille pétillante pour qui le Téléthon est porteur d’espoir. “Mes premiers symptômes, je les ai ressentis en 2013 alors que je n’avais que 13 ans. J’étais très fatiguée et j’avais des douleurs musculaires. J’ai dû me battre pour que ces symptômes ne soient pas mis sur le compte de l’adolescence ou de la fainéantise…" explique Marine, étudiante de 21 ans.

Le temps passé à réfléchir à sa consommation (quand vais-je pouvoir boire ?) ; Le temps passé à acheter à boire (prendre la voiture, faire un détour…) ; Le temps passé à consommer (de plus en plus long) ; Le temps passé à récupérer.

Alcoolisme : les proches peuvent-ils aider ?

“La prise de conscience individuelle a longtemps été considérée comme la seule solution. Je pense que chacun est légitime d’en parler (collègue, ami, famille…). Même si on a peur de s'immiscer dans la vie privée de la personne alcoolique, le fait d’en parler sème une petite graine dans la tête de la personne dépendante. Beaucoup de personnes aimeraient que grâce à leur discours la personne devienne abstinente, mais ce n’est pas si simple. Chaque discours permet de semer des graines et ces dernières vont germer au fur et à mesure. Il faut privilégier les moments où la personne est sobre et lui faire comprendre qu’on a compris qu’il était dépendant. En revanche, je conseille aux proches de ne pas accepter les mensonges et de ne pas résoudre ces problèmes à sa place. Notez que les reproches, la morale, la culpabilité, ou le fait d'essayer de contrôler sa consommation ne sert à rien, car il faut bien comprendre que c’est une maladie et que la personne alcoolique n’est pas responsable de sa dépendance” explique Baptiste Mulliez.

“L’entourage peut accompagner la personne vers des soins adaptés. Mais la clé, c’est l’amour. L'Amour (fraternel, amical, amoureux) est une énergie qui terrasse tout. Répétez au quotidien qu’on aime cette personne, c'est essentiel. Personnellement, ça m’a sauvé. Et aujourd’hui, il n’y a que dans l’abstinence que je trouve ma résilience” conclut Baptiste Mulliez.

Yaourt, fromage blanc, Skyr… Lequel renferme le moins de matières grasses ? .
La nouvelle version de MSN, votre collection personnalisable du meilleur des catégories Actualité, Sport, Divertissement, Finance, Météo, Voyage, Santé et Lifestyle, le tout associé à Outlook, Facebook, Twitter, Skype et bien plus encore.

Voir aussi