Actualités à la une

Bien-être: L'hypersensibilité : un super-pouvoir ?

Cyril Lignac : sa recette alléchante du bœuf aux oignons

  Cyril Lignac : sa recette alléchante du bœuf aux oignons Ce plat aux notes asiatiques est l’occasion de varier du bœuf bourguignon et de séduire les papilles de vos convives. Cyril Lignac nous dévoile sa savoureuse recette. Your browser does not support this video Après nous avoir régalés avec un produit de saison : le potimarron, le chef a partagé une nouvelle recette à l’antenne de RTL : son bœuf aux oignons. Ce plat est idéal pour un repas convivial avec vos proches. Et terminez en beauté avec la compote de pommes du chef. Facile et rapide à faire, c’est le dessert parfait pour combler l’appétit des plus grands et des plus petits.

Avant, on n'en parlait pas. La sensibilité s'accompagnait rarement d'un superlatif. Elle n'était même pas supposée désigner une qualité. Enquête sur l'hypersensibilité, un phénomène super… tendance ! …

Hypersensibilité : quelle est la reconnaissance ? © iStock Hypersensibilité : quelle est la reconnaissance ?

« Tu es trop sensible, il faudrait t'endurcir… » Il y a dix ou vingt ans, à la place d'« hyper », on employait plutôt « trop ». Une grande « douilletterie » affective était la marque des êtres faibles. Il fallait avant tout être fort : un super-héros, une « Wonder Woman », comme ces personnages à l'écran qui nous inspiraient le modèle parfait. Il y avait quand même des failles dans la cuirasse. Dans les années 2000, elles explosèrent avec l'apparition d'un monstre d'insensibilité : le pervers narcissique. Il était partout et fit aussitôt un carton d'édition, de l'aveu même du psychanalyste Jean-Charles Bouchoux, qui, en 2009, signait le premier best-seller sur le sujet : « Tout le monde connaissait un “pervers narcissique”, comme tout le monde connaît aujourd'hui un “hypersensible” ! » observe-t-il. De Machiavel à Bisounours ? Tout les oppose, et pourtant l'hypersensible devient à son tour une solide construction marketing, dans une vision certes plus bienveillante de l'humanité. Car qui pourrait dire que l'art et la musique le laissent de marbre ou que l'humeur des autres ne l'affecte pas ? Une majorité de Français se retrouvent dans ce portrait flatteur. C'est l'« effet barnum » que dénoncent de nombreux spécialistes à la suite du chercheur américain Bertram Forer, qui a défini la chose d'un trait de plume : les individus ont toujours tendance à se reconnaître dans des généralités. Mais derrière le phénomène se cachent (aussi) une réalité subtile et une vraie souffrance.

Boris Cyrulnik « L'hypersensibilité n'est ni un trouble ni une déficience, mais une "signature"»

  Boris Cyrulnik « L'hypersensibilité n'est ni un trouble ni une déficience, mais une Dans notre hors-série qui vient de paraître en kiosques, « Tous hypersensibles ? », le neuropsychiatre, spécialiste de la résilience, décrypte un phénomène qui cache, pour beaucoup, une vraie … © Starface Boris Cyrulnik Vos "douillets affectifs", dans De chair et d'âme (Odile Jacob), publié il y a seize ans, n'ont-ils pas ouvert la voie aux hypersensibles dont on parle beaucoup aujourd'hui ?Boris Cyrulnik : C'est en travaillant sur les théories de l'attachement mère-enfant que, dans un même contexte social et affectif, on s'est aperçu que des personnes réagissaient différemment d'un point de vue émotionnel : certaine

Pas si génial...

Aux Etats-Unis, la psychologue et chercheuse Elaine Aron a, la première, en 1996, identifié et décrit ces individus qui ressentent tout plus intensément, ce qui ouvre un nouveau champ de la psychologie sous le sigle HSP (highly sensitive person), une catégorie à laquelle la psy elle-même appartient. En France, c'est en 2013 qu'est traduit son livre, Ces gens qui ont peur d'avoir peur (L'Homme), depuis régulièrement réédité. Gros succès, tout comme Hypersensibles. Mieux se comprendre pour mieux s'accepter (Marabout, 2017), puis, en 2019, Aimer quand on est hypersensible (Leduc). Elaine Aron met aussi au point un questionnaire, aujourd'hui largement diffusé sur le web : quatorze bonnes réponses sur vingt-trois feraient de nous cet être hautement sen-sible parmi 10 %, et même 30 %, d'individus dans la population mondiale, selon des études… à géométrie variable. « Bravo, vous êtes HSP ! » concluent certains sites à l'issue du test. Mais est-ce une bonne nouvelle ? Voilà qu'être hyper est devenu super ! Pourtant, cette singularité, quand elle n'est pas fantasmée, est dure à vivre. « Il m'est arrivé de fondre en larmes devant des parents parce que leurs enfants n'allaient pas bien », avoue Séverine, puéricultrice. La jeune femme songe sérieusement à changer de métier en raison de son « handicap ». « Comment puis-je soutenir les gens, les aider, si je suis submergée par mes émotions ? » s'interroge-telle. Dans un livre témoignage (Sensible, et alors ?, Leduc), la praticienne en soins énergétiques Manon Baëlen raconte aussi comment l'hypersensibilité l'a menée droit à des troubles alimentaires et à une dépression. Les témoignages affuent, détaillant toujours un peu plus cette hypersensibilité mal connue qui produit le meilleur comme le pire.

Stress, fatigue, fringales : une étude mondiale explore les effets du syndrome prémenstruel

  Stress, fatigue, fringales : une étude mondiale explore les effets du syndrome prémenstruel Une étude chiffrée sur le "SPM", ou syndrome prémenstruel, voilà un document que beaucoup attendaient. Menée par des universités américaines, elle s'avère très éclairante.Détailler noir sur le blanc les diverses conséquences du syndrome prémenstruel, c'est là l'intention d'une précieuse étude menée par des universités américaines. Ce rapport publié à l'été 2022 puise dans les témoignages de 238 000 personnes, issues de 140 pays, témoignages recueillis sur pas moins de trois ans (de 2017 à 2020) et avec la collaboration de l'application de suivi menstruel Flo.

11 MILLIONS DE FRANÇAIS SERAIENT CONCERNÉS.

Source : Journée nationale de l'hypersensibilité, 2022.

Des thérapies lucratives

C'est notamment la raison pour laquelle le psychanalyste franco-suisse Saverio Tomasella a, depuis 2016, créé un Observatoire de la sensibilité*. Le spécialiste, incontournable sur le sujet, a publié de nombreux ouvrages, dont le dernier, Lettre ouverte aux âmes sensibles qui veulent le rester (Larousse). Chez Eyrolles, il dirige aussi une collection consacrée au thème et, avec Leduc, il a mis en place il y a trois ans une Journée mondiale de l'hypersensibilité, le 13 janvier. L'objectif ? « Valoriser la sensibilité humaine et informer largement sur la sensibilité élevée », écrit le psychanalyste. D'autres psys et une foule de coachs s'y engouffrent, certains proposant désormais aux HSP des séances lucratives – plus de 2 000 €, et jusqu'à 12 000 € sur un an – pour apprendre à vivre heureux avec leur singularité. « Tout cela est encouragé par la quête de bonheur frénétique qui imprègne notre société. Cette idéologie ambiante est portée par les psychologues de la pensée positive et les gourous du développement personnel », tranche le psychosociologue Gilles Azzopardi. Les critiques ne manquent pas. Auteur d'une enquête intitulée Du bien-être au marché du malaise (PUF), Nicolas Marquis, professeur de sociologie à l'université Saint-Louis de Bruxelles, voit quant à lui dans le phénomène « une posture rousseauiste », un « syndrome socialement valorisant qui permet de se présenter comme inadapté au monde, tout en appartenant à une communauté de personnes en avance sur celui-ci ».

super fiscales coûtent aux milliards du gouvernement. Devraient-ils être en retrait?

 super fiscales coûtent aux milliards du gouvernement. Devraient-ils être en retrait? Les concessions © fourni par ABC Business Nigel et Lyn Rickman aimeraient voir des changements majeurs sur la façon dont la pension de retraite est taxée. (Fourni: Nigel Rickman) Nigel et Lyn Rickman ont une retraite confortable, vivant dans une petite ferme dans le Queensland régional. Ils gagnent environ 65 000 $ par an dans leur super fonds autogéré. C'est un revenu sur lequel ils ne paient aucun impôt, ce qu'ils pensent être injuste et devraient changer.

Être HSP ne fait pas de vous quelqu'un de meilleur mais de plus fragile

Isabelle, 52 ans, hypersensible en thérapie.

Des fenêtres grandes ouvertes

Un oiseau rare… qui n'est plus tout seul ! Selon de récentes études anglo-saxonnes, 31 % des personnes se classent comme hautement sensibles, c'est-à-dire avec une plus grande réactivité que « la normale » aux émotions et aux stimuli, 40 % moyennement… et seulement 29 % assez peu**. L'hypersensible serait, après tout, le mieux placé pour savoir qu'il l'est. Mais l'HSP n'est pas toujours celui qu'il croit. « Il existe mille et une façons d'être hautement sensible, avec hyperémotivité ou hyperempathie, hypercognition ou hyperréaction traumatique… Il convient de détailler les formes variées que peut prendre cette singularité », soutient Saverio Tomasella. « Reste que les personnes avec une sensibilité élevée sont présentes à tout ce qu'elles rencontrent, elles vivent les fenêtres de l'âme et du corps grandes ouvertes plutôt que les volets clos », remarque la philosophe spécialiste des émotions Mathilde Chevalier-Pruvo. La sensibilité, c'est ce qui « nous connecte aux autres, au monde et à notre intériorité par nos cinq sens, nos émotions et notre intuition », ajoute-t-elle. « Il y a toujours eu des gens plus sensibles, mais dans un monde dédié à l'action, ils étaient jusqu'ici cantonnés à la marge, souvent associés aux artistes ou aux femmes », observe Gilles Azzopardi.

Super-aliments… mais super décevants !

  Super-aliments… mais super décevants ! Chères et écologiquement discutables, ces prétendues denrées exceptionnelles peuvent être remplacées par des produits « bien de chez nous » tout aussi riches. Depuis près d’une décennie, on chante partout leurs louanges. Les « super-aliments » seraient sains, doperaient notre système immunitaire et regorgeraient de bienfaits… Pourtant, ces mets tendance sont coûteux et parcourent souvent des milliers de kilomètres pour parvenir jusqu’à nos assiettes. De plus, leurs vertus sont loin d’avoir été prouvées scientifiquement.

Un monde trop dur

Saverio Tomasella en réconciliera beaucoup en affrmant que l'hypersensibilité questionne notre société sur les maux qu'elle engendre. Burn-out et antidépresseurs en augmentation, guerres, catastrophes écologiques, pandémies… Et si c'était le monde, trop dur, qui nous rendait hypersensibles ? « Il est impressionnant de voir comment, en une dizaine d'années, le tissu social s'est déchiré, souligne Gilles Azzopardi. Le vivre-ensemble a viré au vivre-hostile. Le monde n'a jamais été tendre, mais il est surtout devenu plus complexe et nous demande sans cesse des efforts pour nous y adapter. » Sans parler de ces « violences invisibles », titre du dernier ouvrage de Jean-Charles Bouchoux (Le Courrier du Livre), qui s'insinuent dans nos existences… « Nous vivons dans un monde très violent qui finit par nous rendre paranoïaques », indique l'auteur. Dans ce monde-là, il serait urgent de prendre conscience de notre sensibilité. On l'était « trop » avant, on en parle « trop » maintenant ? C'est souvent le lot des sujets qui font avancer de grandes causes…

* lasensibilite.com.

** F. Lionetti, A. et E. Aron, L. Burns, J. Jagiellowicz, M. Pluess, « Dandelions, tulips and orchids… », Translational Psychiatry, 2018.

Et pourquoi pas ultra ?

Selon le psycha­nalyste Saverio Tomasella, « le préfixe “hyper” est plus employé dans le domaine médical et souligne souvent un dysfonction­nement, comme pour l'hypertension, l'hyperthyroïdie, etc. “Ultra” traduit aussi l'idée d'un haut degré, mais sans nuance négative, indique­t­il. On observe par ailleurs que les personnes qui en souffrent parlent d'hyper­sensibilité, alors que celles qui la vivent bien se disent plutôt ultrasensibles. Pour simplifier les choses, je préfère désormais employer le terme de “haute sensibilité”. La hauteur marque une intensité, et elle n'est pas péjorative ».

Julie Andrieu : sa recette originale de pâtes au lait, chou-fleur et curry .
Julie Andrieu nous livre une recette originale qui impressionnera vos convives : de savoureuses pâtes au lait, chou-fleur et curry. Si vous êtes à la recherche d'une recette qui change des pâtes traditionnelles, vous pouvez compter sur Julie Andrieu. Ce mercredi 21 décembre, celle-ci nous livre ses astuces et conseils pour réussir ses délicieuses pâtes au lait, chou-fleur et curry : un mélange de saveurs qui régaleront petits et grands.

Voir aussi