Actualités à la une

Bien-être:Cerveau : les signes qui annoncent une maladie grave

Infarctus : les signes cachés avant-coureurs

Infarctus : les signes cachés avant-coureurs Des symptômes dans les semaines ou les jours précédant un infarctus peuvent alerter et permettre une prise en charge avant l’événement. Voici les signes à ne pas négliger. © Medisite Infarctus : les signes cachés avant-coureurs Des douleurs dans la poitrine Une étude parue en 2016 a montré que la moitié des personnes ayant fait un infarctus du myocarde ont présenté des symptômes avant-coureurs. 51% des 839 patients ayant survécu à un infarctus avaient en effet ressenti des symptômes précurseurs, principalement des douleurs thoraciques et de la dyspnée (essoufflement).

Cerveau : les signes qui annoncent une maladie grave © Medisite Cerveau : les signes qui annoncent une maladie grave

Pertes de mémoire, maladresse, épisodes dépressifs… Certains signes présagent une maladie neurodégénérative. Alzheimer, Parkinson, sclérose en plaques… Ces maladies du cerveau dont on ne guérit pas ont tout intérêt à être dépistées le plus tôt possible. Le point avec le Pr Ayman Tourbah, neurologue aux hôpitaux universitaires de Paris-Ile-de-France Ouest, qui nous met en garde sur les symptômes révélateurs à ne pas négliger.

Les maladies neurodégénératives se caractérisent par la dégénérescence des cellules nerveuses. Comme leur nom l’indique, elles font dégénérer le cerveau au fil du temps. Parmi elles, le Pr Ayman Tourbah, cite surtout les maladies d’Alzheimer, Parkinson, la sclérose en plaques, ainsi que la maladie de Charcot. Autant de maladies graves, invalidantes et dont on oublie que certaines sont mortelles. Car ces maladies font de plus en plus de ravages. Le nombre de cas se multiplie.

Témoignage : "Après huit ans de supplice, j’ai surmonté la maladie de Lyme"

Témoignage : Mère de famille pleine d’énergie, Laura Arnal contracte la maladie de Lyme pendant ses vacances en famille. De l’apparition des symptômes au diagnostic, en passant par les douleurs invalidantes, l’incompréhension des médecins, et les répercussions sur sa vie personnelle et professionnelle, elle nous raconte sa lente descente aux enfers… et le retour vers la lumière. C’est lors d’un voyage en famille que Laura Arnal, ingénieure expatriée en Allemagne, a contracté la maladie de Lyme - aussi appelée borréliose de Lyme.

Maladies neurodégénératives : des maladies dont on ne guérit pas

"En France, on compte plus de 200 000 patients atteints de la maladie de Parkinson, 100 000 souffrants de sclérose en plaques, et surtout plus de 850 000 personnes victimes de la maladie d’Alzheimer, avec 1 million en prévision dû au vieillissement de la population, explique le médecin spécialiste. Quant à la maladie de Charcot, elle est nettement moins fréquente".

Le problème c’est que, lorsqu’une maladie neurodégénérative survient, il est difficile, voire impossible de revenir en arrière. "Très souvent, le processus neuro-pathologique a commencé des années avant le diagnostic. Et hélas, à ce moment-là, ce type de maladie a déjà atteint un stade avancé", déplore le neurologue.

Ces signes dans votre voix peuvent révéler une maladie grave

Ces signes dans votre voix peuvent révéler une maladie grave Une altération de la voix peut être synonyme de maladies graves, voire mortelle. Cancer, paralysie des cordes vocales, kyste on vous aide déceler les signes visibles dans votre élocution qui doivent vous alerter. Voici les signes à ne pas négliger avec le docteur Diane Lazard, ORL. © Fournis par KIOSK Angine rouge : traitement, durée, contagion, symptômes comment la soigner ? Votre voix peut être un miroir de votre état de santé. En y observant certains signes, vous pouvez déceler certaines pathologies. Si certaines causes s’avèrent, heureusement bénignes, d’autres peuvent être plus graves et vous mettent en danger de mort.

"En France, comme à l’international, les maladies neurodégénératives constituent un défi pour le système de santé et la politique de recherche", explique d’ailleurs le ministère des Solidarités et de la Santé. A l’heure actuelle, aucun traitement n’a porté ses fruits.

Des difficultés à marcher et des troubles de l’écriture : des signes de la maladie de Parkinson

Cerveau : les signes qui annoncent une maladie grave © Istock

La maladie de Parkinson se manifeste en principe chez des sujets de plus de 50 ans. "Elle se caractérise par la disparition progressive de certains neurones du cerveau, décrit le ministère de la Santé. La conséquence de cette disparition neuronale est la diminution de la production de dopamine dans une région essentielle au contrôle des mouvements. De ce fait, la maladie de Parkinson est avant tout une maladie qui touche les fonctions motrices".

Une définition que corrobore notre neurologue : "Prédire une maladie de Parkinson est relativement difficile, explique le Pr Tourbah. On envisage cette pathologie à la vue de patients présentant rapidement des difficultés à marcher ou à initier des gestes. Une micrographie (écriture de plus en plus petite, ndlr) ou un léger syndrome dépressif peut aussi révéler Parkinson".

Infarctus intestinal : les signes à connaître pour éviter le pire

Infarctus intestinal : les signes à connaître pour éviter le pire L’infarctus digestif est un accident vasculaire de l’intestin, comme l’AVC l’est au cerveau ou l’infarctus du myocarde au cœur. Il est provoqué par une obstruction de l’artère qui irrigue l’intestin. Considéré comme l’accident vasculaire le plus dramatique, il devient fatal dans 100 % des cas en l'absence de traitement adapté. Le Pr Olivier Corcos, gastro-entérologue nous aide à détecter les signes précoces pour éviter le pire. Trop souvent méconnue, cette affection touche 15 000 personnes en France, chaque année.

Des signes auxquels il faut être très attentif, car malheureusement, la guérison relève de l’impossible, d’après le praticien. "A l’heure actuelle, nous ne sommes pas en mesure de traiter la cause de la maladie, car nous ne la connaissons pas. En réalité, les causes sont multifactorielles, détaille le médecin. Dix pour cent d’entre elles sont d’ordre génétique. Dans ces cas de figure, la maladie survient par la mutation de certains gènes. Mais il y a aussi des facteurs environnementaux qui jouent un rôle, comme certains pesticides. Hélas, les causes ne sont pas encore déterminées".

La médecine d’aujourd’hui traite la conséquence de la pathologie et non la cause. "On va traiter de manière symptomatique phase par phase. Mais plus le temps passe, plus la maladie de Parkinson évolue", rapporte le praticien.

Nier ses pertes de mémoire : un des premiers signes d’Alzheimer

Cerveau : les signes qui annoncent une maladie grave © Istock

Le Pr Tourbah débute par une mise au point. "Il va falloir distinguer les troubles de la mémoire de la maladie d’Alzheimer, des simples oublis. En effet, vous êtes nombreux à vous plaindre de problèmes de mémoire. Mais il ne s’agit pas pour autant de la maladie d’Alzheimer contrairement aux idées reçues. Une personne peut souffrir de troubles de la mémoire liés à l’âge".

Les scientifiques trouvent des preuves Le cerveau humain peut créer des structures dans jusqu'à 11 dimensions

 Les scientifiques trouvent des preuves Le cerveau humain peut créer des structures dans jusqu'à 11 dimensions © l) et la topologie (r) (Blue Brain Project Illustration conceptuelle des réseaux cérébraux En 2017, les neuroscientifiques ont utilisé une branche classique des mathématiques dans une toute nouvelle façon de scruter la structure de notre cerveau. Ce qu'ils ont découvert, c'est que le cerveau est plein de structures géométriques multidimensionnelles opérant dans pas moins de 11 dimensions. Nous sommes habitués à penser le monde dans une perspective 3D.

En clair, cette dernière retrouve la mémoire si elle est stimulée, grâce à des indices. Mais, une victime d’Alzheimer ne pourra pas retrouver les souvenirs perdus. Elle perd progressivement son stock de mémoire, en commençant par les souvenirs les plus récents.

La maladie d’Alzheimer est caractérisée par l’association de deux lésions cérébrales : les dépôts de la protéine beta-amyloïde et les dépôts intracellulaires de la protéine tau. "Ces dépôts débutent au sein des structures de la mémoire qui se nomment les hippocampes, explique le neurologue. Cela explique pourquoi les pertes de mémoire constituent les premiers symptômes d’Alzheimer. Puis, ces dépôts vont se répandre dans l’ensemble du cerveau".

Les individus stockent les souvenirs d’évènements dans leurs hippocampes. Ainsi, pour retrouver un souvenir, vous allez puiser dans ces derniers. "Si vous y parvenez, cela suppose que les hippocampes sont sains, poursuit le spécialiste. Mais un patient atteint d’Alzheimer ne pourra pas y arriver : les souvenirs ont disparu puisque les hippocampes sont endommagés".

Il existe aussi des formes génétiques de cette maladie. "Certains gènes impliquent une forte susceptibilité à développer la pathologie. Chez les personnes dites pré symptomatiques (vous êtes concernés si vos ascendants ont souffert d'Alzheimer, ndlr), on peut être quasiment certains qu’à partir d’un certain âge, la maladie va se déclarer".

développent une `` fenêtre sur le cerveau '': le `` crâne '' imprimé en 3D permet aux experts de scruter l'intérieur de la tête d'une souris en temps réel et pourrait un jour aider des troubles comme Alzheimer et Parkinson

 développent une `` fenêtre sur le cerveau '': le `` crâne '' imprimé en 3D permet aux experts de scruter l'intérieur de la tête d'une souris en temps réel et pourrait un jour aider des troubles comme Alzheimer et Parkinson Les scientifiques de Un crâne de souris transparent qui peut être utilisé comme une fenêtre sur le cerveau pourrait fournir de nouvelles perspectives sur les conditions du cerveau humain comme la maladie d'Alzheimer. Les chercheurs de ont développé l'implant comme un moyen «sans précédent» de surveiller et de visualiser l'activité cérébrale.

Le neurologue évoque enfin un autre signe très fréquent que l’on retrouve chez les sujets atteints d’Alzheimer. "La personne n’est pas consciente de son état, alerte-t-il. Si l’entourage remarque les symptômes et s’en plaint, le malade n’admettra pas qu’il a un problème". En outre, d’autres symptômes viennent s’ajouter aux pertes de mémoire. Le spécialiste parle d’atteinte du langage et de l’exécution de certains gestes.

Fourmillements durables et baisse unilatérale de la vision : un signe de sclérose en plaques ?

Cerveau : les signes qui annoncent une maladie grave © Istock

A la fois inflammatoire et neurodégénérative, la sclérose en plaques survient par un processus de dysrégulation auto-immune. "Le système immunitaire présente des anomalies qui vont permettre à l’inflammation de s’installer, décrit le Pr Tourbah. Dans 80 % des cas, on repère un ralentissement de la conduction nerveuse. Petit à petit, la réparation ne se fait plus et la transmission nerveuse va ralentir, jusqu’au handicap chronique irréversible". La maladie commence d’emblée par une incapacité progressive dans 20 % des cas.

"Les origines de la sclérose en plaque sont inconnues : elles sont multifactorielles, associant une susceptibilité génétique à des causes environnementales, détaille le praticien. Dans 25 % des cas, la génétique joue un rôle. Parmi les facteurs environnementaux figure le déficit en vitamine D".

Les premiers signes qui doivent vous alerter peuvent concerner la vision. "Si vous constatez une baisse de vision unilatérale douloureuse inexpliquée et durable, il faut consulter. On retrouve aussi les fourmillements parmi les symptômes, poursuit le spécialiste. Ces derniers peuvent toucher les 4 membres".

Voici comment un médecin explique la différence entre la maladie d'Alzheimer et la démence

 Voici comment un médecin explique la différence entre la maladie d'Alzheimer et la démence © Photo de Maranatha Pizarras sur Unsplash Quand quelqu'un va chez le médecin préoccupé par la perte de mémoire - peut-être qu'il a commencé à égarer régulièrement des choses ou à se perdre en conduisant dans des zones familières - il n'est pas rare que le patient ou ses proches demandent: "Alors, docteur, pensez-vous que c'est la maladie d'Alzheimer ou la démence?" Cependant, ce que beaucoup ne réalisent pas, c'est qu'une personne n'aura pas nécessairement l'un ou l'autre.

Lorsque le handicap est installé, il ne régressera plus. Certains signes peuvent présager une sclérose en plaques plus incapacitante : des troubles urinaires ou sexuels notamment.

Troubles de l’élocution, crampes : des signes de la maladie de Charcot

Cerveau : les signes qui annoncent une maladie grave © Istock

Appelée aussi sclérose latérale amyotrophique (SLA), la maladie de Charcot est une affection dégénérative dont la cause exacte est inconnue et pour laquelle, il n’existe à l’heure actuelle aucun traitement. Elle se caractérise par une atteinte des fibres qui proviennent du motoneurone central et qui cheminent dans la partie latérale de la moelle épinière. Les neurones contrôlant la contraction musculaire sont atteints, ce qui entraîne une fonte des muscles.

Parmi les premiers symptômes, on observe des signes moteurs. "On note le fait de trébucher, laisser tomber des objets, des troubles d’élocution, des crampes et l’affaiblissement des muscles, explique la Fondation Thierry Latran, fondation européenne dédiée à la LSA. Mais il est difficile d’établir des signes à un stade précoce de la maladie". Il n’existe toujours pas de dépistage exclusif de la SLA.

A mesure que la pathologie progresse, les muscles respiratoires s’affaiblissent. Chez certains patients, ce sont les muscles de l’élocution, de la déglutition et de la respiration qui sont les premiers à souffrir. Progressivement, dans la maladie de Charcot, les neurones dégénèrent et entraînent une paralysie. L’espérance de vie des patients est très courte.

Lire plus

Une chose dont vous ne discuterez probablement jamais avec votre médecin - mais vous devriez .
© yacobchuk / Getty Images Lors d'un bilan de santé de routine, les patients et les médecins discutent probablement du cœur, des poumons, de l'estomac et de la vessie, mais ils peuvent ne pas avoir de conversation approfondie sur l'un des organes les plus importants: le cerveau. Pourtant, les bilans de santé du cerveau peuvent être cruciaux pour assurer une vie longue et saine, en particulier pour les personnes âgées de plus de 50 ans.

Voir aussi