Actualités à la une

Voyage: L’intime exposition de Graciela Iturbide à la Fondation Cartier

Faut-il adopter le jeûne sexuel pour booster son couple ?

  Faut-il adopter le jeûne sexuel pour booster son couple ? La technique du jeûne sexuel, vantée par Kourtney Kardashian, serait imparable pour redorer un peu le blason de notre relation de couple. On tente ?Parce que c'est aussi intrigant que potentiellement excitant, on vous explique la marche à suivre pour l'appliquer au sein de son couple. Et plus tard, en récolter tous les avantages.

Intime et paisible. La Fondation Cartier pour l'Art contemporain propose, en ce moment à Paris, une exposition portrait de la photographe mexicaine Graciela Iturbide. Les photos les plus connues de l'artiste sont présentées dans une salle au sous-sol de la Fondation, tandis qu'au rez-de-chaussée, les visiteurs découvrent des tirages exposés pour la première fois, ainsi qu'une série exclusivement photographiée en couleur pour la Fondation Cartier. L'exposition Heliotropo 37, du nom de la rue où se situe l'atelier de Graciela Iturbide à Mexico, est présentée jusqu'au 29 mai 2022.

Née en 1942, dans une famille aisée et très religieuse de Mexico, Graciela Iturbide se lance dans la photo pour échapper à sa propre vie, déjà écrite, où elle était une femme mariée et une mère au foyer. « Elle a déconstruit cela au fur et à mesure », indique à AD Magazine Joao Maturana, médiateur de l'exposition.

Marseille : Une vente aux enchères du patrimoine de la chambre de commerce suscite un tollé

  Marseille : Une vente aux enchères du patrimoine de la chambre de commerce suscite un tollé La Chambre de commerce et d’industrie projette de mettre aux enchères 187 œuvres de sa collection riche de 50.000 objets mais en mal de lieu d’exposition et de conservation © P.MAGNIEN / 20 MINUTES Le grand hall de la CCI Marseille Provence PATRIMOINE - La Chambre de commerce et d’industrie projette de mettre aux enchères 187 œuvres de sa collection riche de 50.000 objets mais en mal de lieu d Le contraste saisit.

Portrait de Graciela Iturbide, 2015. © Luis Poirot Portrait de Graciela Iturbide, 2015.

C'est le photographe mexicain Manuel Álvarez Bravo qui va l'initier à la photographie, alors qu'elle se destinait plutôt au métier de cinéaste. Comme lui, Graciela Iturbide immortalise ses sujets en noir et blanc depuis 50 ans. « Une sorte d'hommage, voire d'héritage, de celui qui lui a enseigné cette technique », explique Joao Maturana.

La photo pour accepter la mort

La vie de Graciela Iturbide change à la mort de sa fille. Elle se consacre alors pleinement à la photographie, qui devient « un bouclier entre elle et la réalité », raconte une autre médiatrice de l'exposition. Elle photographie beaucoup la mort à cette période.

« Lorsque j'ai perdu ma fille Claudia en 1970, j'ai été obsédée par la nécessité de photographier la mort, surtout celle des enfants habillés en anges, comme le veut la coutume au Mexique, peut-être pour soulager ma propre peine. » – Graciela Iturbide

L’artiste James Turrell dévoile une nouvelle installation fascinante en Uruguay

  L’artiste James Turrell dévoile une nouvelle installation fascinante en Uruguay L’artiste James Turrell, fasciné par les pyramides et la lumière, présente Ta Khut, dans la ville côtière de José Ignacio, en Uruguay. Une nouvelle installation permanente qui est aussi le premier observatoire indépendant d’Amérique du Sud. Découvrez notre interview exclusive.Les gens ont du mal à décrire votre travail avec des mots, comment évoqueriez-vous ce lieu ?

Ce thème se retrouve également dans des séries de photos consacrées à la Día de Muertos - la fête des morts – au Mexique. Une autre façon d'immortaliser la mort pour Graciela. Elle a également beaucoup, et tout au long de sa carrière, photographier les oiseaux, qui dans la culture mexicaine présagent le décès, mais qui sont aussi le symbole de la liberté.

Pájaros en el poste de luz, Carretera a Guanajuato, México, 1990, tirage gélatino-argentique. © Graciela Iturbide Pájaros en el poste de luz, Carretera a Guanajuato, México, 1990, tirage gélatino-argentique.

Les indigènes : force et richesse

Cependant, ce sont surtout ses séries de clichés pris au sein les communautés indigènes mexicaines qui font la renommée de Graciela Iturbide. « Elle commence à s'intéresser aux communautés indigènes du Mexique car c'est quelque chose de très lointain pour elle » qui a vécu dans la bourgeoisie de Mexico, « mais cela l'intéresse », soutient Joao Maturana. « Elle souhaite partager leur quotidien et leur culture avec tout le monde, car c'est quelque chose de très riche, mais dont les gens à l'époque se méfient encore car ce n'est pas une culture blanche ».

Maison&Objet 2022 : Franklin Azzi nommé « Designer de l’année »

  Maison&Objet 2022 : Franklin Azzi nommé « Designer de l’année » Nommé « Designer de l’année » du salon Maison&Objet, l’architecte multifacette Franklin Azzi s’est prêté pour AD à notre questionnaire du tac au tac pour mieux révéler ses inspirations.www.franklinazzi.

Mujer zapoteca, Tonalá, Oaxaca, 1974, tirage gélatino-argentique. © Graciela Iturbide Mujer zapoteca, Tonalá, Oaxaca, 1974, tirage gélatino-argentique.

Elle photographie alors, presque à la façon d'un documentaire, les Chalma ou les Indiens Seris du désert de Sonora. Sa série la plus connue est certainement celle qu'elle mettra dix ans à finaliser : les indigènes de Juchitán, ville berceau de la culture zapotèque.

« À Juchitán, j'allais au marché, je passais du temps en compagnie des femmes, ces femmes fortes, corpulentes, politisées, émancipées, merveilleuses. J'essayais d'être tout le temps avec elles car elles me protégeaient. » – Graciela Iturbide

Et ces séries sur les indigènes ont eu un impact pour ces communautés. « Certaines de ces photos sont devenues des symboles de partis politiques, ou  de grandes villes », indique Joao Maturana. À l'instar du célèbre cliché de cette femme zapotèque, et sa couronne d'iguanes, devenu l'emblème de la ville de Juchitán, mais aussi « un symbole féministe, de force et de majesté de la femme ».

Nuestra Señora de las Iguanas, Juchitán, Oaxaca, 1979, tirage gélatino-argentique. © Graciela Iturbide Nuestra Señora de las Iguanas, Juchitán, Oaxaca, 1979, tirage gélatino-argentique.

Paysages et famille

Avec l'exposition Heliotropo 37, la Fondation Cartier présente non seulement les anciens tirages connus de Graciela Iturbide, mais aussi des images inédites, exposées dans les premières salles. Des photos qui contrastent avec celles qu'elles avaient jusqu'alors développé, puisque ce sont des photos plus abstraites et plus géométriques. L'humain y est important par son anonymat. On ne voit des personnages que de dos, on les devine à peine à travers des fils électriques ou des constructions humaines. L’homme n'est plus au centre de son image.

Le 2021 Derrière the Lines Cartoon Exposition propose de prouver une chose: vous ne pouvez tout simplement pas prédire le futur

 Le 2021 Derrière the Lines Cartoon Exposition propose de prouver une chose: vous ne pouvez tout simplement pas prédire le futur © fourni par ABC News Certains des meilleurs caricaturistes politiques de l'Australie sont exposés au 2021 de l'exposition des lignes. (Fourni: Glen Le Lievre) Dans une année où les Australiens ont recherché consolation dans des modèles statistiques et des prévisions, une chose est devenue claire: vous ne pouvez tout simplement pas prédire l'avenir. Et c'est exactement ce qui est affiché à l'année de cette année à l'exposition de dessin animé politique.

« Ce qui connecte ces nouvelles photos avec les anciennes, c'est l'envie de Graciela Iturbide de partager le quotidien de plusieurs personnes, dans plusieurs pays, et dans plusieurs communautés », précise Joao Maturana. Car en effet, la photographe qui fêtera bientôt ses 80 ans, a photographié l'Italie, le Japon, le Brésil ou encore le Panamas, mais aussi des communautés de sourds et muets aux États-Unis, ou de travestis en Inde.

Khajuraho, India, 1998, Tirage gélatino-argentique © Graciela Iturbide Khajuraho, India, 1998, Tirage gélatino-argentique

À la Fondation Cartier, Graciela Iturbide veut montrer « son évolution, même si elle reste la même personne », confie Joao Maturana. Un portrait artistique très personnel, où Graciela Iturbide partage des photos inédites, et souhaitait ainsi quelque chose d'intime, de proche de sa vie.

C'est en partie ce qui explique que la scénographie de l'exposition a été confiée, à sa demande, à son fils, Mauricio Rocha. Ce dernier est architecte, et a notamment construit sa maison et son atelier au 37 rue Heliotropo à Mexico. Une tour de brique, au cœur de la ville, qui contraste avec l'architecture mexicaine classique. Et c'est le fils d'un couple d'ami, Pablo López Luz, qui a photographié le bâtiment pour l'exposition parisienne. Graciela Iturbide s'est aussi entourée de son autre fils, Manuel Rocha, qui signe la bande-son d'un court-métrage diffusé au sous-sol de la Fondation Cartier.

Exposition, surface… Quel est le meilleur emplacement pour un potager ?

  Exposition, surface… Quel est le meilleur emplacement pour un potager ? Pour réussir à récolter de beaux légumes, l'emplacement de votre futur potager est un facteur primordial. Pour cela, un bon ensoleillement, un accès pratique et une surface adaptée sont essentiels. On fait le point. Quel ensoleillement pour mon potager ?Pour pousser et se développer, les légumes ont besoin de soleil. Afin de trouver le meilleur emplacement pour votre potager, observez votre jardin et déterminez l'endroit le plus ensoleillé. Dans l'idéal, les légumes ont besoin de 6 heures d'ensoleillement par jour.

« La plupart des choses que l'on voit ici sont des partages et des échanges avec des personnes qui l'ont aidé à créer cette exposition. Elle a voulu convier son entourage pour montrer qu'elle est une super photographe, mais qu'elle n'est pas seule », conclut Joao Maturana.

Graciela Iturbide, Heliotropo 37, du 12 février au 29 mai 2022, à la Fondation Cartier pour l'Art contemporain, 261, boulevard Raspail, 75014, Paris, www.fondationcartier.com


Galerie: Biennale de Venise 2022 : les expositions à voir absolument (AD Magazine)

Ce fondement est une peau lumineuse dans une bouteille .
Le révélateur Kosas, la fondation d'amélioration de la peau promet une couverture complète et une finition lumineuse. Il vient dans 36 nuances et comporte ingrédients de soins de la peau comme le niacinamide et l'acide hyaluronique. Un éditeur one met la base au test et a été impressionné par les résultats. Les fondations peuvent être assez touchées ou manquantes pour moi.

Voir aussi